Le héros, qui n’a pas de nom, ne sort de chez lui que pour effectuer les tâches nécessaires à sa survie. Faire des courses, jeter ses poubelles. Depuis un temps incertain, il se cloître dans son appartement, rêvant d’une vie improbable et contemplant, non sans une satisfaction étrange, l’absurdité qu’est devenue sa réalité. Le personnage sombre peu à peu dans une misanthropie certaine, face à une société qu’il ne reconnaît pas et qui ne le reconnaît plus. C’est sous l’aspect comique et dérisoire qu’évoque, malgré les premières apparences, ce drame, que nous allons aborder cette tranche d’humanité. Aucune volonté de notre part de traiter cette histoire au premier degré. Nous allons utiliser le rire comme «révélateur» d’une certaine réalité. Nous allons essayer, le temps d’un instant, de la retenir, elle qui, souvent, nous échappe.

img7719.jpg

La pièce se tient à la maison de quartier de la Jonction jusqu’au 9 février prochain.