Particules fines et santé publique : la Ville de Genève intervient auprès du Conseil d’Etat.

Le Conseil administratif de la Ville de Genève a décidé d’intervenir auprès du Conseil d’Etat en faveur d’une réduction durable des émissions de polluants atmosphériques. En effet, en prévision des pics d’ozone qui pourraient à nouveau se produire cet été, le Conseil administratif estime que les mesures prises jusqu’à aujourd’hui s’avèrent insuffisantes.

En 2005, le Conseil administratif était déjà intervenu afin d’exprimer la nécessité de voir adopter par le Conseil d’Etat des dispositions permanentes et durables, qui déploient leurs effets tout au long de l’année. Il s’était également inquiété que les recommandations sanitaires adressées à la population ne soient pas accompagnées de réelles mesures de restriction permettant d’agir sur les émissions de gaz précurseurs.

Des interditions durables ?
Le Conseil municipal, préoccupé par le dépassement régulier des valeurs limites d’émissions fixées par la Confédération et soucieux de prévenir une nouvelle crise, a accepté en avril 2006 la motion n°589 intitulée « Limitation de la circulation pendant le pic de pollution » et la résolution n°89 intitulée « Particules fines et santé publique : pour une action rapide ».

La Ville demande que différentes mesures soient appliquées, telles que la circulation alternée des voitures, la limitation des véhicules diesels (publics et privés), ou encore l’interdiction de toute circulation motorisée – véhicules des Transports publics genevois porteurs de filtres et véhicules d’urgence exceptés – dans l’hypercentre tant que le pic de pollution se maintiendra.

Il faut sensibiler la population à risque !
La Ville souhaite par ailleurs que la population, et plus particulièrement les personnes à risque, soit sensibilisée aux dangers spécifiques liés à la présence de particules fines et autres polluants dans l’air et aux mesures à prendre pour s’en protéger…

Pour toute information complémentaire :
Direction générale de la Ville de Genève, tél. 022 418 29 00

img338.jpg

Les enfants, comme les personnes âgées, peuvent être incommodées dangeureusement par les pics d’ozone, de plus en plus fréquents, en été !