La société genevoise High-Tech Bridge, spécialiste dans l’ethical hacking, annonce l’ouverture inédite en Suisse d’un laboratoire de recherche en sécurité informatique, et ce grâce à la récente augmentation de son capital-actions.

L’équipe sera chargée de déceler les failles potentielles des logiciels et d’en prévenir les fournisseurs respectifs tout en fournissant gracieusement de précieuses recommandations aux utilisateurs.

Dans notre monde interconnecté, les logiciels bénéficient fréquemment d’un accès Internet et constituent de ce fait une cible de prédilection pour de nombreux hackers. Les risques potentiels sont élevés : instabilité, intrusion & perte de données. Dorénavant, le nouveau laboratoire Suisse les détectera et préviendra les développeurs concernés, permettant ainsi à High-Tech Bridge d’apporter sa contribution à la lutte mondiale contre les cyber-menaces, et ainsi de renforcer la sécurité globale du Web pour ses utilisateurs.

«Des Laboratoires de sécurité informatique existent au sein d’entreprises américaines et européennes, mais aucune en Suisse» regrette le P.D.-G. de High-Tech Bridge Ilia KOLOCHENKO, qui ajoute: «High-Tech Bridge est fière d’être la première société du genre en Suisse à s’être engagée à l’échelle mondiale dans un projet de sécurisation d’Internet grâce à la création du Laboratoire de Recherche à but non lucratif.»

A l’origine du laboratoire : un capital augmenté à 300’000 CHF

High-Tech Bridge a procédé début 2010 à une seconde ouverture de son capital-actions, passant de 100’000 CHF à 300’000 CHF. «Cela converge avec notre stratégie de développement qui vise à faire entrer la Suisse au sein des leaders mondiaux de la sécurité de l’information» ajoute M. KOLOCHENKO. Afin de maintenir son indépendance et sa neutralité, les fonds propres de High-Tech Bridge proviennent exclusivement du territoire helvétique, en dépit de multiples propositions d’investissement étranger.

img15042.jpg

Ilia KOLOCHENKO