L’automobile est présentée, selon les ressorts, dans les journaux suisses soit de manière largement positive ou principalement de façon négative. Ceci est le résultat d’une étude menée par l’université de Berne à la demande de l’UPSA, Union professionnelle suisse de l’automobile. Elle a été présentée pour la première fois au public à l’occasion d’un colloque qui a réuni plus de 400 garagistes ainsi que d’autres personnalités de la branche automobile au STADE DE SUISSE Wankdorf Berne. L’UPSA a lancé à l’occasion de ce colloque son thème principal actuel «L’automobile dans l’opinion publique».

Conseiller de manière professionnelle les automobilistes autour des thèmes tels que la sûreté, l’environnement et la technique relève des compétences principales de la branche automobile. «Afin de pouvoir conseiller leurs clients de manière compétente, nos membres doivent savoir ce que pense le public de l’automobile. C’est la raison pour laquelle l’UPSA a déclaré l’automobile comme son thème principal en 2008 dans l’opinion publique » a expliqué Urs Wernli, Président central de l’UPSA. L’opinion publique est largement influencée par les médias. De ce fait, ces derniers ont une influence directe sur la perception de l’automobile. «C’est pourquoi nous voulions savoir exactement comment les médias traitent le thème de l’automobile. Est-ce qu’ils la vouent au diable ou en chantent-ils les louanges?»

Grosse présence médiatique de l’automobile
L’étude réalisée sous la direction du Prof. Dr. Roger Blum de l’institut des sciences de la communication et des médias de l’université de Berne (ikmb) l’a révélé: l’automobile est très présente dans les médias. Mais on en obtient une image différente selon les ressorts. Les déclarations négatives sur l’automobile prédominent dans les ressorts politiques. Deux tiers des articles sont écrits de manière évaluatrice et laisse ainsi transparaître l’opinion de l’auteur. Les déclarations positives sont au contraire prépondérantes dans les ressorts automobiles. Plus de 80% des articles sont rédigés de manière évaluatrice. Dans les ressorts économiques, par contre, les déclarations positives et négatives s’équilibrent.

Des recherches ont été menées dans onze journaux suisses sur les thèmes de l’année 2007. Les journaux suivants ont été consultés pour les recherches: 20 Minutes, BLICK, Tages-Anzeiger, Neue Zürcher Zeitung, Basler Zeitung, Bote der Ur¬schweiz, Walliser Bote, SonntagsBlick, NZZ am Sonntag, Le Matin et Le Matin Dimanche. «Ce faisant, il a été constaté que, dans les ressorts politiques, les tabloïds rédigeaient des articles plus négatifs que les journaux de qualité, mais que les journaux du dimanche rapportaient de façon plus positive que les quotidiens de même que les journaux régionaux par rapport aux journaux suprarégionaux. Les raisons sont multiples, mais ne peuvent pas être déterminées avec exactitude», a indiqué le Prof. Dr. Roger Blum.

img7600.jpg

L’automobile est présentée dans les journaux suisses soit de manière largement positive soit principalement de façon négative.