Le Syndicat de défense contre les eaux du Haut Rhône (SIDCEHR), les élus et les habitants du territoire de la plaine du Bouchage organisent un grand rassemblement ce samedi 27 février à 10h au centre du village. Par ce rassemblement, toutes et tous entendent attirer l’attention des élus lyonnais. En effet, en cas de crue du Rhône, la plaine du Bouchage protège Lyon. Alors oui, Lyon ne se mouille pas, et les habitants de la plaine du Bouchage en ont ras les bottes. Pour tous, il est clair que Lyon doit être solidaire.
Gilbert Mergoud, président du SIDCEHR, et Annie Pourtier, maire du Bouchage entendent ainsi demander à l’agglomération lyonnaise, via la métropole de participer financièrement au fonctionnement et à la réparation des ouvrages de protection contre les crues de la plaine du Bouchage. Ils souhaitent encore que l’agglomération lyonnaise compense financièrement l’impossibilité pour les communes du territoire, devenues “villages d’utilité publique”, de se développer du fait de leur implantation au cœur de la zone d’expansion des crues.
La plaine du Bouchage, comprenant les communes de Saint-Benoît, Brangues, Le Bouchage, Les Avenières et Aoste, contribue, par son rôle de zone d’expansion des crues à l’amont de Lyon, à protéger l’agglomération lyonnaise contre les inondations. Si cette protection se fait au titre de la solidarité amont/aval voulue par une loi datant de 1858, pour autant, l’agglomération lyonnaise n’a jamais fait preuve de la moindre solidarité réciproque. Sans réponse de la Métropole de Lyon, les élus de la plaine du Bouchage se sentent oubliés, voir même négligés.
C’est donc pour attirer l’attention des élus lyonnais qu’un rassemblement est organisé ce samedi 27 février à 10h au Bouchage. Les élus comptent sur le plus grand nombre d’habitants !
C. Muet

2017-02-28