Le chantier du CEVA termine dans le vert

par | 24 Oct 2019

Alors que les estimations de 2018 tablaient sur un surcoût considérable, la construction de la liaison ferroviaire entre Genève et Annemasse respectera finalement son budget.

Et si c’était l’exception qui confirme la règle ? Dans l’univers des grands projets d’infrastructures où les factures ont tendance à prendre de l’embonpoint avec le temps, à l’image du tristement emblématique EPR de Flamanville, le chantier de construction de la liaison ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives- Annemasse (Ceva) s’apprête au contraire à présenter une addition finale en ligne avec son budget initial.

Alors que le projet est achevé à 99 %, la prévision des coûts finaux à fin septembre s’établit a  1,575 milliard de francs suisses, très proche du devis initial effectué en 2008 de 1,567 milliard de francs pour la partie en territoire suisse (environ 14 kilomètres). Pourtant, l’an dernier, les estimations tablaient sur un dépassement de 54 millions de francs de ce budget initial.

« Cette diminution importante, ainsi que celle des risques, accompagnent l’achèvement progressif et favorable des travaux, ainsi que la clôture des contrats liés a  ceux-ci », explique le Projet Ceva dans son point de situation trimestriel. « Tous ces chiffres sont simplement remarquables pour un ouvrage de cette envergure et de cette complexité », a déclaré Roland Godel, du Département genevois des infrastructures, au journal la Tribune de Genève.

Le document du Projet Ceva précise que les équipements ferroviaires ont été testés dès le mois de juin, que les premiers essais du futur matériel roulant ont commencé en juillet, et que la mise en service du Léman Express d’ici la fin de l’année est assurée. Sur le 1,575 milliard de francs engagé, 44 % sont investis par l’État de Genève, tandis que le solde est à la charge de la Confédération.

Le Léman Express sur les rails

Coté français, le coût des 2,5 kilomètres de lignes qui se trouvent sur notre territoire s’élève à 234 millions d’euros, comprenant la construction de l’ouvrage et la restructuration de plusieurs gares, notamment celle d’Annemasse. Le financement provient de différents acteurs, parmi lesquels l’État français, la région Auvergne-Rhône-Alpes, le département de la Haute-Savoie, l’agglomération d’Annemasse, ou encore six communautés de communes.

Pour rappel, la ligne Ceva assurera l’interconnexion des réseaux suisses et français pour permettre la circulation du train Léman Express, qui va offrir un service de type RER desservant les principaux quartiers de Genève, interconnecté au réseau de tramways et de bus, tout en proposant un maximum de liaisons transfrontalières sans changement de train. Il reliera 45 gares sur 230 kilomètres de lignes afin de desservir plus d’un million d’habitants, de part et d’autre de la frontière. La mise en service intégrale des six lignes du Léman Express aura lieu le 15 décembre 2019.


Par Romain Fournier


Cet article est paru dans votre magazine ECO de l’Ain du 24 octobre 2019. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité de nos publications papiers et/ou numériques, vous pouvez vous abonner ici.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest