Robert Cramer préside le Conseil du Léman depuis 2 ans. Son mandat prend fin le 31 décembre 2007.

Après 20 ans d’existence, le Conseil du Léman a-t-il encore un rôle à jouer compte tenu du renforcement du CRFG?
Je pense que oui. Parce qu’il s’agit de deux choses très distinctes. Le Conseil du Léman porte sur une aire géographique beaucoup plus vaste que celle du CRFG. Il a la grande particularité de s’ouvrir sur Lausanne et le Valais. Quant au CRFG, il traite plus particulièrement de la partie du plateau genevois qui va jusqu’aux montagnes autour du Canton de Genève (Pays de Gex, Genevois Haut-Savoyard, district de Nyon). Le fait que les deux organismes soient situés à un échelon différent leur permet de pouvoir, en principe, traiter de problèmes différents. Avec l’importance des chambres de commerce, très actives au Conseil du Léman, les questions d’économie et de promotion y jouent un rôle plus important qu’au sein du CRFG. C’est le domaine d’activité qui fonctionne le mieux. Le projet d’Agglomération genevoise fait que le CRFG prend un rôle plus important aujourd’hui. En comparaison, on croit que le Conseil du Léman n’est pas en train d’évoluer rapidement. Je n’ai pas l’impression que le Conseil du Léman soit moins dynamique qu’il y a 3 ou 4 ans. En revanche, ce qui est sûr, c’est que le CRFG a dû se montrer extrêmement actif ces derniers mois. Pour moi, le Conseil du Léman n’est pas en voie de disparition.

Ne fait-il pas double emploi?
Je pense qu’il n’y a pas de comparaison possible entre les deux institutions. Je crois que le Conseil du Léman a la sagesse de ne pas faire double-emploi. Les territoires sont très différents. Le Conseil du Léman initie des études très importantes sur l’Agriculture régionale et produit des documents statistiques très intéressants. Ces renseignements sont immédiatement réutilisés par le CRFG. En outre, le Conseil du Léman remplit parfaitement bien sa mission de mise en valeur de la région lémanique. Il produit régulièrement des documents cartographiques (itinéraires de randonnées) qu’il met à disposition du public via son site internet (voire aussi le très intéressant Mémento pratique sur l’enseignement supérieur dans la région lémanique). Si le Conseil du Léman ne s’activait pas dans ces travaux, qui le ferait?

img7308.jpg

Robert Cramer (au centre), Conseiller d’Etat en charge du département du territoire