Tunis, 15 juin 2010 – La Tunisie a réalisé en 2009, année de crise, «une performance macro-économique plus qu’honorable, et est en mesure de connaître un nouvel élan, au cours des prochaines années, a souligné le 15 juin 2010 à Tunis, M. Joël Toujas-Bernaté, chef de division au département Moyen-Orient et Asie Centrale au Fonds monétaire international (FMI).

M. Toujas a déclaré que la Tunisie «a fait mieux que résister à la crise avec un taux de croissance positif de plus de 3%, des créances classées en baisse continue, ainsi qu’une inflation et un déficit budgétaire maîtrisés».

Par ailleurs, et malgré la persistance, en 2010, d’une conjoncture internationale incertaine, particulièrement, dans la zone euro, l’économie tunisienne, «est capable de rebondir, au cours de cet exercice et de réaliser un taux de croissance de plus de 3,8 %», a encore souligné M. Toujas.

Réformes structurelles payantes
En effet, ces performances résultent de l’efficience des réformes structurelles engagées ces dernières années aussi bien en matière d’amélioration de la compétitivité des entreprises qu’en matière de consolidation de la politique macro-économique.

Le chef de la délégation du FMI a fait remarquer que ces réformes «ont permis à la Tunisie de dégager de grandes marges de manœuvre, au double plan monétaire (baisse des taux d’intérêt et poursuite des concours à l’économie) et budgétaire (baisse de la dette et relance de l’investissement public). L’ultime objectif étant d’atténuer les effets pervers de la crise».

Rapport du FMI
Dans son dernier Rapport sur les perspectives de l’économie mondiale, publié en avril 2010, le FMI crédite la Tunisie d’un taux de croissance de 4% en 2010 et de 5% en 2011, sachant que ce taux était de 3% en 2009 et de 4,6% en 2008.
Pour ce qui est des prix à la consommation, les projections du FMI tablent sur 4,2% pour 2010 et 3,5% pour 2011, autant qu’en 2009, mais à des taux moins élevés qu’en 2008 ( 5%).

La Tunisie réalisera ces taux de croissance sous réserve que les exportations, le tourisme, les envois de fonds et les investissements directs étrangers continuent à progresser, souligne le FMI qui rappelle que « la mollesse de la reprise en Europe pèse sur la croissance des exportations, les envois de fonds de l’étranger et les recettes du tourisme dans d’autres parties de la région MOAN (Maroc, Tunisie), encore que les données récentes indiquent une amélioration graduelle de ces flux ».

img15449.jpg

Joël Toujas-Bernaté – chef FMI Dpt MO et AC