Des sculptures de Daniele Papuli se dégage une étrange sensualité, née de cette onde qui donne vie à la matière élue par cet artiste: le papier. Sculpteur italien, il s’essaya au bois, à la pierre, au plâtre et au plastique mais sans grande conviction. C’est en apprenant à faire du papier qu’il découvrit une nouvelle grammaire artistique. Sa première sculpture sera écrite en 1997. Depuis, il plie, coupe, colle, ondule des mètres de papier pour la plus grande fascination des amateurs éclairés qui croisent son chemin milanais. Pour le Flux Laboratory, Daniele Papuli crée une installation triple, questionnant plusieurs matières, se jouant des codes.

Daniele Papuli – Le Géant de Papier: Projection(s) de la Matière
Installation(s) et performances les 3, 10 et 17 avril 2011.

3-27 avril: installation(s) en 3 temps | Exposition Lu – Ve, 10h – 17h ou sur rendez-vous.

3 avril 2011: Pantarei, installation 1 et performance Il était une fois

10 avril 2011: Ula et Ula, installation 2 et performance Pourquoi pas

17 avril 2011: Otti et Zippi, installation 3 et performance Poisson rouge

Installation, sculptures: Daniele Papuli | Chorégraphie: Alessia Sacco, Mirela Kolo | Danse: Mohamed Toukabri, Alessia Sacco

img17090.jpg

Daniele Papuli – Le Géant de Papier: Projection(s) de la Matière
Installation(s) et performances les 3, 10 et 17 avril 2011.