Le monde du sport est devenu un business avec des revenus aussi mirifiques que les bonus des banquiers. C’est le constat tiré à Lausanne par le 8e Forum économique rhodanien*. Dans ce contexte globalisé, le sport va souffrir de la crise financière.

«Le sport est de plus en plus un business avec des enjeux qui se chiffrent en centaines de milliards» estime le professeur Wladimir Andreff, de l’Université de Paris 1 à la Sorbonne. Orateur-vedette du 8e Forum économique rhodanien qui s’est tenu hier à Lausanne, dans la «Ville olympique», le professeur ès sciences économiques est l’un des auteurs d’un rapport destiné aux ministres des 27 pays de l’Union européenne et qui porte sur les incidences financières du sport: «Des pays les plus pauvres comme la Bulgarie aux plus riches comme la France, chaque Européen dépense entre 15 centimes d’euros et 406 euros par habitant et par an. Le sport amateur représente 90 % des dépenses, celui du monde professionnel seulement 10 % du tout». Dans cette «mondialisation du sport», le football vient en tête avec 230 milliards d’euros, tandis que le «marché mondial du dopage» totalise 6 milliards d’euros. Cette concentration d’argent sur les pays les plus riches ne va pas sans poser de problèmes, analyse le professeur français: «Dans l’équipe de football Chelsea, il est arrivé qu’on trouve onze joueurs non-britanniques. C’est l’une des raisons pour laquelle l’Angleterre ne s’est pas qualifiée pour l’Euro 2008. L’équipe olympique française n’est pas en reste: elle a compté jusqu’à 23 naturalisés!»

Le sport devant l’industrie horlogère
Pour le professeur Jean-Loup Chappelet, directeur de l’IDHEAP à Lausanne, le sport génère en Suisse plus de 80’000 emplois (1,8 % du PIB helvétique), soit plus que l’industrie horlogère. Viennent en tête des activités sportives le cyclisme devant la randonnée, la natation et le ski alpin: «Quand on leur pose la question, 72 % des Suisses âgés de 10 à 74 ans assurent exercer une activité sportive».

La manne publicitaire sur les sports les plus médiatisés (football, cyclisme ou Formule 1) ne touche guère les champions qui se battent loin des projecteurs, tel le médaillé de bronze des JO de Pékin, le Lausannois Serguei Aschwanden: «Je suis un petit poisson qui a parfois peur de se mêler à ce monde de requins. Mais le judo a 20 ans de retard par rapport à d’autres sports. J’ai parfois l’impression d’avoir plus affaire à des mécènes qu’à des sponsors, mais j’arrive à survivre, analyse le sportif vaudois qui songe à la retraite. Ma médaille de Pékin a quand même changé ma vie. Je côtoie un monde un peu différent. J’ai atteint l’objectif qui me manquait, mais cela n’a pas vraiment modifié ma situation financière.»

Les milliards du sport
Le produit-phare est celui du vêtement sportif avec 150 milliards de francs devant les équipements sportifs (81 milliards), les chaussures de sport (68 milliards) et le vélo.
Dans l’ordre d’importance, les marques Nike, Adidas et Puma se partagent la part du lion: «Mais il paraît évident que le marché va subir un phénomène de concentration à l’instar de l’automobile, qui comptait 40 à 50 marques il y a trente ans et qui ne compte plus qu’une dizaine de groupes, comptabilise cet ancien dirigeant d’Adidas. Les petits ne survivront pas».

La fin des gros bonus
Si le sport est devenu un business comme un autre, l’arrivée de la crise financière n’ira pas sans conséquences. Les revenus des sportifs vedettes risquent d’être fortement remis en question: «Il est quasi-certain que des sponsors comme UBS ou Audemars-Piguet ne repartiront pas dans la prochaine Coupe de l’America au côté d’Alinghi», avance Me Jean-Philippe Rochat. Pour l’ancien secrétaire général du Tribunal arbitral du sport, il est clair que la crise économique va influencer le monde du sport. Comparer les bonus des banquiers avec les revenus des grands sportifs n’est pas tout à fait juste, relativise l’avocat. Quand les grands champions perdent, ils ne repartent au moins pas avec des millions dans leurs valises!» Me Rochat reconnaît que le sport génère aussi des emplois dans le monde judiciaire. Le Tribunal arbitral du sport emploie à Lausanne vingt personnes à plein temps et rend 250 sentences arbitrales: transferts de joueurs, accidents de sport, contrats de télévision ou recours concernant des fédérations sportives: «On vit dans un monde où les intérêts financiers sont très importants. Il y a toujours plus de litiges et donc toujours plus de travail pour les juges».
Olivier Grivat

Forum économique rhodanien

*Organisé pour la première fois en 2001 à Martigny dans le but de tisser des liens entre acteurs des régions traversées par le Rhône (13 millions d’habitants), le Forum économique rhodanien englobe les trois régions françaises Rhône-Alpes, Provence-Alpes Côte-d’Azur et Languedoc-Roussillon ainsi que les trois cantons du Valais, Vaud et Genève.

img10852.jpg

Le sport devant l’industrie horlogère