La relation entre risque de cancer et surpoids est devenue de plus en plus évidente au cours des dernières années, mais pas de manière uniforme chez les hommes et chez les femmes.
Ce sont les principales conclusions d’une étude publiée vendredi par l’Université de Berne.

Chez les femmes, la surcharge pondérale augmente notamment le risque de cancer du col de l’utérus, de la vésicule biliaire et du pancréas, ainsi que le risque de cancer du sein après la ménopause. Chez les hommes, le surpoids a des conséquences sur les cancers de la peau, sur la leucémie et sur les tumeurs aux ganglions lymphatiques.

Continents pas égaux
En Asie, les femmes en surcharge pondérale présentent un risque de cancer du sein encore plus prononcé, en comparaison avec les Européennes et les Nord-Américaines. Les chercheurs ne s’expliquent pas ces différences géographiques.

Les hommes et les femmes en surpoids sont par contre égaux devant le risque de cancer de l’oesophage, de la thyroïde, des reins et de l’intestin. L’étude de l’Institut de médecine sociale et préventive de l’Université de Berne, réalisée en collaboration avec des chercheurs anglais, paraît vendredi dans la revue scientifique britannique «The Lancet».

img7881.jpg

Les hommes et les femmes en surpoids sont par contre égaux devant le risque de cancer…