En 2009, 45 millions des filles et des femmes dans le monde n’auront toujours pas accès à l’éducation. Elles représentent 60% des enfants qui en sont privés. Pourtant, l’éducation est un droit humain indispensable au progrès économique et social. D’ailleurs, dans leur « Déclaration du Millénaire » de 2000, les gouvernements de la planète se sont engagés pour au plus tard en 2015, à « donner à tous les enfants, garçons et filles, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires ». Aide et Action, ONG de développement par l’éducation, s’engage pour ce droit à l’éducation de qualité de toutes les femmes et les filles.

L’éducation des filles, surtout dans les pays en développement, permet aux familles d’être mieux armées pour lutter contre la pauvreté et d’accélérer leur développement économique et social.
Ainsi, les jeunes filles éduquées ont deux fois plus de chance d’échapper au fléau du SIDA.
Leurs revenus augmentent de 10 à 20 % pour chaque année d’étude complétée. L’éducation des filles et des femmes est l’instrument le plus efficace pour lutter contre la malnutrition et la mortalité infantile.

A l’occasion du 8 mars, Journée Internationale des Femmes, Aide et Action réaffirme son engagement pour l’éducation des filles et des femmes et poursuivra ses actions de terrain afin qu’elles y accèdent davantage et qu’elles soient mieux armées pour changer le monde. Ainsi, Aide et Action s’engage à promouvoir pour des méthodes d’enseignement et des curriculums qui permettent aux filles comme aux garçons d’apprendre dans les meilleures conditions. L’association poursuit ses efforts dans la formation des enseignantes et l’intégration de la dimension genre dans les programmes de formation des enseignants en général. Enfin, Aide et Action s’engage à promouvoir la vocation enseignante chez les femmes en soutenant l’augmentation du taux d’enseignantes formées, compétentes et qualifiées.

En 2009, la Campagne Mondiale pour l’Education CME, met une priorité sur l’alphabétisation. Dans ce cadre, Aide et Action développe un projet spécifique en Chine. Dans ce pays, 3 femmes sur 4 vivent en zone rurale. Leur taux d’analphabétisme y est 3 fois supérieur à la moyenne nationale. Ainsi, les femmes sont doublement exclues du développement économique par le déni d’éducation. Aide et Action mène un projet d’alphabétisation fonctionnelle dans la région du Sichuan depuis 2008. « Les femmes me regardent droit dans les yeux maintenant et viennent assister aux réunions des parents d’élèves », souligne Ma Xin Lan, enseignante volontaire dans le cadre d’un programme d’alphabétisation. Aujourd’hui, plus de 6000 femmes ont retrouvé confiance en elles grâce à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, acte fondamental pour se construire et participer à la vie citoyenne.

Au Burkina Faso, seules 8% des filles font des études secondaires et l’alphabétisation des femmes demeure inférieure à 9%. Dans ce pays, Aide et Action soutien le programme des Groupements Féminins. Ainsi alphabétisée en langue Lyelé, Marie-Jeanne Bayala est devenue conseillère municipale et deuxième adjointe au maire de Kyon (commune rurale de la province du Sanguié), son village natal. Elle qui n’avait pas fréquenté l’enseignement général, peut aujourd’hui faire entendre sa voix.

Le défi de l’éducation des filles et la formation des femmes est à relever en créant des partenariats entre les institutions, les gouvernements, la société civile et les communautés. Ces actions porteront d’autant mieux leurs fruits que les besoins des apprenantes et notamment l’environnement dans lequel elles acquièrent leurs connaissances et mettent en pratique leurs compétences, seront pris en compte.

img11884.jpg

L’éducation est un droit humain indispensable au progrès économique et social.