Législatives : carton presque plein pour La république en Marche

Sur dix circonscriptions en Savoie Mont Blanc, neuf sont dominées par les candidats de la République en Marche.

Sur la dixième, en Tarentaise, le parti n’avait pas investi de candidat. Si les résultats devaient se confirmer dimanche prochain, ce serait à l’évidence une page de l’histoire politique de nos départements qui se tournerait. Mais aussi une autre qui s’ouvrirait, avec l’arrivée aux affaires d’une nouvelle génération de décideurs. Le point circonscriptions par circonscriptions.

blank

Carte de Savoie Mont Blanc. En jaune : la République en marche. En bleu : les Républicains et Divers Droite.

Haute-Savoie : En marche fait un carton dès le 1er tour

Une ambiance de changement de règne s’est imposée dès 20 heures dimanche soir à la Préfecture de Haute-Savoie. Les résultats obtenus par les candidats  » En Marche » ont confirmé au fil des résultats le basculement, dès le 1 er tour, de la Haute-Savoie – traditionnellement acquise au parti Les Républicains – vers le mouvement créé par le président de la République, Emmanuel Macron. Une effervescence a accompagné durant deux heures la publication des résultats confirmant le carton plein d’ En Marche en Haute-Savoie, à l’issue du premier tour.

Première circonscription : Véronique Riotton presque dès le premier tour

Véronique Riotton (EM) (47,96 %) : « Je constate que les gens ont soif de changement et désirent une nouvelle façon de vivre la politique, de conduire des projets. Mais je suis très humble, car nous étions outsider avant cette élection et il y a 50 % d’abstention. Depuis trois mois que nous explicitons notre programme, nous avons fait le choix d’être très didactique et d’aller à la rencontre des citoyens avec bienveillance. Nous sommes décidés à co-construire avec les citoyens un projet de territoire, un projet qui rassemble. Il s’agit à la fois de libérer les énergies et de protéger les individus pour qu’ils aient la capacité d’oser et se mettre en route autour de leur propre projet ». Elle a largement devancé Annabel André-Laurent qui a obtenu 18, 84 % des suffrages à l’issue ce premier tour.

2ème circonscription : Lionel Tardy poussé vers la sortie

Lionel Tardy , 2e circonscription (LR) 25,70 %. Le député sortant s’est dit très déçu du résultat obtenu. « J’ai bossé comme un malade, j’étais l’un des députés les plus investis et l’on s’aperçoit que cela ne change pas grand chose. Les gens ont voté pour une étiquette, aucun député sortant de Haute-Savoie n’étant réélu ». Il s’est dit par ailleurs très mobilisé d’ici dimanche prochain. Enfin, il a mis en garde les électeurs contre une Assemblée nationale mono-couleur, sans des gens expérimentés ». Parviendra-t-il à inverser un rapport de force pour le moins défavorable face à Frédérique Lardet, qui engrange 40,72 % des suffrages ?

Troisième circonscription : Martial Saddier en difficulté

Guillaume Giboin avec 37,27 % a pris la les devants face à Martial Saddier, le député sortant qui n’a enregistré que 29,08 % des suffrages et qui n’a pas fait le déplacement à la Préfecture.

Quatrième circonscription : Virginie Duby-Muller y croit encore

Dans la 4e circonscription, la députée sortante Virginie Duby-Muller enregistre 32,62 % des suffrages derrière Laura Devin, 36,58 %. « Je m’inquiète de la politique proposée par Emmanuel Macron qui va se traduire par de nouvelles hausses d’impôts pour les ménages. Je reste mobilisée car je suis en tête dans de nombreuses communes. Je suis confiante pour la suite » a -t-elle ajoutée relevant l’abstention particulièrement élevée de ce 1er tour. Elle a également noté les problèmes rencontrés dans la distribution des professons de foi. Pour elle,  » rien n’est joué. L’électorat a été un peu perturbé, face aux changements politiques en cours. Prônant une démarche pragmatique, elle s’est dit motivée pour mobiliser et reconquérir les communes de droite et en appelle aux électeurs qui se sont abstenus. A défaut, elle craint une trop forte majorité pour gouverner et les risques de fractures sur différents sujets, comme l’a rencontré François Hollande notamment face aux frondeurs et aux écologistes.

Pour sa part, Laura Devin, candidate « EN MARCHE », en tête dans cette même circonscription, avec 36,58 % des voix, s’est dit décidée à « être le lien entre les citoyens et le parlement. Elle en a appelé à tous les électeurs à venir participer en votant au second tour. Et d’ajouter:  » Il est difficile de se comparer, ce que nous proposons est vraiment nouveau. Nous ne sommes pas formatés ». Laure Devin entend mettre à profit les cinq jours restants pour porter le projet défendu par Emmanuel Macron.

Cinquième circonscription : l’arithmétique en Marche !

Marion Lenne (EM) a pris la tête avec 36,22 % des voix devançant Astrid Baud-Roche (DVD) avec 14, 49 % et Patricia Mahut (LR), challenger du trio et éliminée, de peu, du second tour avec seulement 12, 44 % des suffrages. Difficile de ne pas noter dans ce Chablais que l’addition des suffrages des deux « sœurs ennemis » de droite restait de toute façon inférieur au score de la nouvelle venue…

Sixième circonscription : Sophie Dion à la peine

Dans la 6e circonscription, c’est Xavier Roseren qui l’a emporté avec 34,36 % des voix devant la députée sortante Sophie Dion qui n’a engrangé que 25,05 % des suffrages.

blank

Une ambiance de changement de règne s’est imposée dès 20 heures dimanche soir à la Préfecture de Haute-Savoie. Les résultats obtenus par les candidats  » En Marche » ont confirmé au fil des résultats le basculement, dès le 1 er tour, de la Haute-Savoie – traditionnellement acquise au parti Les Républicains – vers le mouvement créé par le président de la République, Emmanuel Macron.

Savoie : les résultats par circonscription

1ème circonscription : la jeunesse prend le pouvoir

Typhanie Degois, 24 ans, investie par la République en Marche ! est en passe de détrôner Dominique Dord. Au soir du premier tour elle termine avec 33,75 % des suffrages exprimés, tandis que le député sortant reste à 29,51 %. C’est une des principales surprises de ce premier tour, et la confirmation de l’effet Macron. Les troisième et quatrième sont loin : Jean-Pierre Chauveau (Front national) est à 11,12 %, Thierry Bonnamour (France Insoumise) à 10,73 %. Fidèle à la ligne du mouvement En Marche, Typhanie Degois ne dit rien sur son concurrent Dominique Dord. Mais lâche tout de même qu’elle a souvent entendu dans ses rencontres l’incompréhension des habitants devant le projet de Grand Lac d’acquérir la propriété du lac du Bourget. Faut-il y voir une cause de la chute de Dominique Dord ?

2ème circonscription en Tarentaise : Vincent Rolland vire en tête.

Avec 32,87 % au premier tour, Vincent Rolland obtient le plus de voix dans la deuxième circonscription de Savoie. Mais Philippe Troutot est en embuscade avec 26,07 % des suffrages exprimés. L’ex-président de l’UDI avait perdu son siège en avril après avoir publiquement appelé à voter Emmanuel Macron. Jean-marie Garcin (Front National) est distancé avec 12,26 % des suffrages, et Viviane Nogues (La France Insoumise) termine à la quatrième place (12,21 %). Vincent Rolland se présente comme un candidat « du territoire, enraciné, qui connait ses dossiers », mais également comme un « parlementaire constructif. Si les lois sont bonnes, je les voterai ». Il veut incarner une forme de renouveau, en annonçant « la création de comités consultatifs des citoyens afin de recueillir l’avis des gens pour mieux la porter au niveau national ».

3ème circonscription : une vallée mauriennaise en Marche !

Le tandem Philip Vivier – Muriel Bethoux, investi par la République en Marche ! arrive largement en tête en Maurienne, avec 31,80 % des suffrages. Virginie Bonnivard, pour les Républicains, est loin derrière avec 20,73 % des voix. Ce sera le duel du second tour. Tant pis pour Marie Dauchy (Front national), troisième avec 14,44 %  et Alexandre Roux (France Insoumise), à 12,50 %. Quant au maire de Saint-Jean-de-Maurienne Pierre-Marie Charvoz, qui comptait sur l’investiture du mouvement d’Emmanuel Macron, ne l’avait pas obtenu et décidait de maintenir tout de même sa candidature, il a perdu son pari : il termine à la cinquième place avec 8,76 % des suffrages.

Face à Philip Vivier, Virginie Bonnivard affiche une grande détermination. Dénonçant « l’incurie de l’Etat dans la distribution des professions de foi », elle veut opposer sa candidature, « locale, connaissant les dossiers, opérationnelle », à celle de son concurrent, « parisien, parachuté, étiqueté Parti socialiste jusqu’à tout récemment ». Pour elle, « tout reste ouvert ».

4ème circonscription : le grand Chamboule tout

C’était la circonscription la plus disputée. Le second tour opposera Patrick Mignola (La République en Marche !), en tête avec 28,28 % des voix, et la député sortante Bernadette Laclais, qui se présentait sans étiquette, qui préserve sa seconde place avec 17,38 % des suffrages. C’est la France insoumise qui arrive en troisième position avec Tiphaine Ducharne (13,67 %), suivie du Front National (Isabelle Fétu, 10,02 %). Autant dire que la Droite traditionnelle n’existe plus, victime d’un duel fratricide entrte Christelle Favetta-Sieyes, investie par les Républicains et l’UIE, qui engrange un piètre 6,96 % et Alexandra Turnar, soutenue par une partie des Républicains locaux, qui fait mieux avec 8,79 %.

Visage fermé et fatigué, Bernadette Laclais affiche sa détermination pour le second tour, sa volonté « d’aller chercher les électeurs qui ne se sont pas déplacés », et elle concentre ses piques contre Patrick Mignola, « élu de la troisième circonscription, membre du comité de soutien de Virginie Bonnivard, investi depuis Paris à la suite de jeux d’appareils, alors que je suis engagée depuis longtemps avec Emmanuel Macron ». Patrick Mignola de son côté continue à ne pas répondre à ces attaques. « La campagne a été violente, assure-t-il, mais nous voulons incarner sur le terrain ce que nous porterons au plan national : le souci d’expliquer nos actions. Aujourd’hui, place aux débats de fond ».

Reste maintenant aux deux challengers à motiver les électeurs, dans une circonscription ou les deux se présentent sous l’étiquette « majorité présidentielle ». Les reports de voix seront intéressants à suivre. Antoine Fatiga (front de gauche) a déjà assuré qu’il ne voterait pour aucun des « deux candidats de droite » en lice.

A droite, Alexandra Turnar prend date pour les prochains scrutins. « Ma candidature est la première de ma famille politique. Cela confirme ma légitimité ».

blank

Au 1er tour, seule la 2ème circonscription (Tarentaise) ne passe pas sous « La République en marche ». Ici, la préfecture de Chambéry (73).

L’affaire des professions de foi

Les nombreux problèmes constatés dans la distribution des professions de foi agacent évidemment, pour ne pas dire plus, les candidats éconduits, en Savoie comme en Haute-Savoie. « On nous a d’abord dit que nos professions n’étaient pas arrivées, peste un responsable Les Républicains. Il nous a fallu montrer que c’était faux, mais elles ne sont tout de même pas arrivées ». Mauvais perdants ? De nombreux candidats dénoncent des inégalités de traitement. Des recours sont à attendre.


Françoise Lafuma et Philippe Claret

A propos de l'auteur

GROUPE ECOMEDIA

GROUPE ECOMEDIA, c'est le groupe de presse économique de Savoie Mont Blanc (74 et 73), de l'Ain (01), du Nord Isère (38) et de la région lémanique trans-frontalière avec Genève et les cantons romands.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.