Affreux ! On a même entendu de la part d’un élu : «C’est le pire conseil municipal ""que je connaisse. L’ambiance n’est pas au beau fixe et nous ne pouvons pas travailler correctement dans cette atmosphère mesquine.» Il est vrai que lundi soir, les élus de Villefontaine n’ont pas eu le temps de s’endormir sur leurs lauriers. L’ambiance était exécrable mais lorsqu’il y a de l’opposition il faut forcément s’y attendre. C’est de bonne guerre diraient certains. Sauf que là, pour le coup, la salle du conseil municipal a pris des allures de salle de sports de combat. C’était le “cirque”. Tant et si bien que le ton est monté et que les uns et les autres ont commencé à se dire quelques gentillesses…
Pourtant, à la lecture des délibérations, rien ne laissait présager un tel “remue ménage”. Tout aurait pu se dérouler simplement… dans le meilleur des mondes. Et bien non ! Il faut dire que Frédéric Hugon et Morad Arouini, conseillers municipaux d’opposition, n’ont pas vraiment envie d’être des élus “passifs”. Alors, quand ça ne va pas, ils montent au créneau et le combat devient “épique”. Le maire, Raymond Feyssaguet, a tapé à plusieurs reprises du poing sur la table. Trop c’est trop. Il déclarait : «Je souhaiterais que nous restions dans le sujet. Nous ne sommes pas là pour faire le débat de la politique nationale. Ici nous sommes à Villefontaine.» Patrick Nicole-Williams, 1er adjoint, était tout aussi agacé par certains comportements. Et lui aussi, il l’a fait savoir.
Alors que dire, rien de bien transcendant. Les élus devaient recomposer la commission développement culturel, sportif et rayonnement de la cité suite à la démission de Maryse Loriot-Carnis (élue de la majorité). Une élection qui s’est déroulée à bulletins secrets. Quant aux amendements proposés par Frédéric Hugon et Morad Arouini concernant le règlement intérieur du conseil municipal, ils ont eu le même traitement. Tout s’est fait à bulletins secrets et ils ont été rejetés. Pourtant, il faudrait si peu pour que tout se déroule dans la sérénité. C’est d’ailleurs pour cela que les conseillers municipaux d’opposition ont proposé ses amendements. Ils expliquaient : «C’est simplement pour amener de la sérénité aux prochains conseils municipaux. Nous ne demandons pas grand chose. Simplement un ajustement d’articles…» Raymond Feyssaguet concluait, sourire aux lèvres : «C’est un vrai roman, mais ce débat aura été riche et tumultueux.»
Carole Muet
""""

2015-11-03