Les fleurs rendent heureux!

Lors d’une étude menée par l’université Rutgers du New Brunswick (USA), une équipe de chercheurs s’est penchée pendant dix mois sur la relation entre les fleurs et la joie de vivre. Le résultat prouve, que de toute évidence, les fleurs sont un moyen naturel pour remonter le moral. En effet, tous les participants à l’étude, et cela sans exception, montraient du plaisir et souriaient après avoir reçu des fleurs. Ils ajoutaient même se sentir moins malheureux ou anxieux et ressentir plus de joie de vivre. Et il s’avérait même que les fleurs amélioraient les contacts entre amis ou au sein de la famille.

Même les hommes «forts» ne restent pas insensibles aux fleurs
«Jusqu’à présent, seul le bon sens nous disait que les fleurs rendaient heureux» indique la directrice de l’équipe de recherche, le Dr. Haviland-Jones. «Mais maintenant la science le prouve, les fleurs nous rendent vraiment heureux et ont aussi une influence positive sur notre vie affective». Au fait, l’étude a montré que les hommes aussi réagissaient positivement aux fleurs.

Les corbeilles de fleurs coupées sont particulièrement faciles à soigner
Des fleurs … aussi au chevet des malades, mais celles-ci ne doivent pas être trop odorantes. Voilà pourquoi Fleurop conseille au printemps les tulipes, les renoncules, les anémones, les gerberas, les roses et les orchidées, ainsi que les corbeilles printanières composées avec soin. Ces dernières ont en effet l’avantage d’être faciles d’entretien et pratiques et il ne faut pas chercher de vase. – Encore une chose: il faut faire attention avec les plantes, celles-ci sont en effet interdites dans de nombreux hôpitaux.

Made in Switzerland …
Saviez vous que l’idée de la Journée des Malades, toujours célébrée le premier dimanche de mars, revient à une femme médecin suisse? Lorsque le Dr. Marthe Nicati se rendit compte que les tuberculeux du sanatorium de Leysin étaient de plus en plus délaissés par leur famille et leurs amis, elle dédia sans hésiter une journée à «ses» malades. Celle ci devait servir à rappeler à notre souvenir nos amis et parents malades. Cette idée fut presque immédiatement reprise par les médias: en 1939 on parle pour la première fois de cette journée, et déjà en 1943 on connaissait cette Journée des Malades dans toute la Suisse. – Et il en est toujours de même de nos jours, même si entre temps, et heureusement, on ne s’occupe plus de nos connaissances, amis et parents malades seulement le premier dimanche de mars.

img11750.jpg

1er mars 2009: Journée des Malades.

A propos de l'auteur

GROUPE ECOMEDIA

GROUPE ECOMEDIA, c'est le groupe de presse économique de Savoie Mont Blanc (74 et 73), de l'Ain (01), du Nord Isère (38) et de la région lémanique trans-frontalière avec Genève et les cantons romands.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ