La Fédération romande des consommateurs (FRC), la Protection Suisse des Animaux (PSA) et le WWF Suisse ont réédité leur guide des labels alimentaires, une décision dictée par l’apparition de nouveaux labels alimentaires, dont certains sont bio. Ce dépliant montre que tous les labels évalués présentent des avantages par rapport aux produits non labellisés. Mais seuls les labels bio éprouvés, tels que Bourgeon ou Demeter, sont vraiment convaincants dans tous les domaines. Il leur a été accordé la mention «très recommandable», parce qu’ils répondent à des exigences élevées aussi bien pour les produits indigènes que pour les denrées importées.

Le sigle bio de l’UE, qui ne prévoit aucune disposition en matière de transport et ne tient pas – ou insuffisamment – compte de critères comme la biodiversité, la consommation d’eau ou les standards sociaux, est en revanche évalué plus sévèrement. Il n’obtient que la mention «mieux que rien». Quant aux labels bio «Natur Aktiv» d’Aldi et «Biotrend» de Lidl, ils obtiennent la mention «recommandable». La raison? Les produits bio fabriqués en Suisse qui les arborent répondent à des critères plus stricts que les produits importés conformément au règlement bio de l’UE.

Si l’on considère les labels qui concernent uniquement la viande, on se rend compte que ceux qui obtiennent les meilleurs résultats sont ceux qui remplissent des critères sévères non seulement en matière de protection de l’environnement, mais aussi de bien-être des animaux: dimensions des écuries, sorties et pâture à l’air libre. Aline Clerc, de la Fédération romande des consommateurs, donne ce conseil à ceux qui ont de la peine à s’y retrouver dans la jungle des labels: «Glissez le guide des labels alimentaires dans votre portemonnaie afin de pouvoir faire le bon choix partout et en tout temps.»

«Il est réjouissant de constater qu’un certain nombre de labels ont complété leur catalogue de directives depuis la dernière évaluation que nous avions faite il y a 4 ans», observe Jennifer Zimmermann, spécialiste de la consommation au WWF. Delinat et PI Suisse/Terrasuisse ont par exemple élaboré des mesures pour promouvoir la biodiversité. A noter encore que l’évaluation a porté uniquement sur les labels alimentaires bio couvrant plus d’un aspect de la durabilité et disponibles dans toute la Suisse ou en plusieurs endroits du pays. C’est pourquoi le guide ne recense pas les labels s’intéressant uniquement à la provenance ou à l’empreinte écologique (CO2 p. ex.).

Afin de définir des critères d’évaluation les plus représentatifs possible en matière de protection de l’environnement, de standards sociaux, de bien-être des animaux, de risques pour l’homme et l’environnement, et de crédibilité, plus d’une centaine de spécialistes ont été interrogés. Cette large consultation garantit que l’évaluation se base sur les derniers résultats scientifiques.

img16165.jpg

Ce dépliant montre que tous les labels évalués présentent des avantages par rapport aux produits non labellisés.