Les personnes vivant en Suisse savent ce que manger sain veut dire. C’est ce que révèle une étude Coop intitulée « Manger sain: préférences, connaissances et comportements ». En même temps, ils sont nombreux à vouloir améliorer leurs habitudes alimentaires. Cette première étude s’inscrit dans le projet Coop « Tendances alimentaires sous la loupe » consacré à l’analyse des comportements alimentaires de la population en Suisse. L’initiative bénéficie du soutien scientifique de la Société Suisse de Nutrition SSN.

Un bon repas doit réunir trois éléments: qualité, intérêt nutritionnel et plaisir gustatif. Telle est l’une des réponses qui reviennent le plus fréquemment dans le sondage. Variée, équilibrée, riche en fruits et légumes et pauvre en graisses, telles sont pour les personnes interrogées les caractéristiques d’une alimentation saine. En Suisse, la population est donc bien informée. D’ailleurs, 81% des sondés sont sensibles au thème de l’alimentation, et la moitié environ se renseignent régulièrement sur le sujet.

Un fossé entre la théorie et la pratique
L’étude Coop révèle aussi qu’il y a un fossé entre les habitudes des gens et la perception qu’ils ont de leurs propres habitudes. 77 % des sondés estiment que leur alimentation est « saine » ou « plutôt saine ». Cette opinion semble refléter davantage une aspiration personnelle que la réalité: selon des spécialistes, la majorité des personnes vivant en Suisse mangent trop gras, trop salé et trop sucré, en négligeant l’apport en fibres alimentaires1. Deux personnes interrogées sur trois indiquent par ailleurs qu’elles souhaitent améliorer leur alimentation.

Autre enseignement du sondage: les recommandations officielles de la Société Suisse de Nutrition sont surtout connues des plus jeunes: 85 % des moins de 30 ans connaissent la pyramide alimentaire. Cela donne à penser que l’enseignement des bases de l’alimentation, notamment à l’école, porte ses fruits.

Etude réalisée dans le cadre de l’initiative Coop « Tendances alimentaires sous la loupe »
« Tendances alimentaires sous la loupe » est une initiative de Coop qui bénéficie du soutien scientifique de la Société Suisse de Nutrition. Le sondage représentatif des habitudes alimentaires de la population suisse sera désormais effectué et publié quatre fois par an. « Notre objectif est de suivre au plus près l’intérêt du public pour les questions d’alimentation et de répondre à son besoin d’information », explique Kathrin Rapp Schürmann, responsable du Service spécialisé Diététique de Coop. « Les résultats de « Tendances alimentaires sous la loupe » fournissent une base solide aux différents acteurs de la promotion d’une alimentation équilibrée. »

img12755.jpg

En Suisse, la population veut manger plus sain.