Les organisations de salariés font le pari que le chef de l’Etat n’a plus d’autre choix désormais que de travailler avec eux.

Lire l'article originel >>