Les Verts genevois désapprouvent la récente décision du Conseil d’Etat genevois et de son chef du département des Institutions, Monsieur Laurent Moutinot, d’autoriser l’utilisation de pistolets à électrochocs (type Taser) par la police genevoise.

Les Verts ne comprennent en effet pas que le Conseil d’Etat passent ainsi outre les nombreuses études médicales ayant clairement démontré l’extrême dangerosité d’une arme aux conséquences trop souvent irréversibles (Amnesty International a répertorié, pour les seuls Etats-Unis, plus de 320 victimes entre 2001 et 2008).

Que Genève, patrie des droits humains, soit de plus le premier canton romand à autoriser l’utilisation du Taser est tout particulièrement regrettable et incompréhensible.

Les Verts genevois estiment de plus qu’une telle décision, après les vifs débats et réserves que son autorisation a suscités aux chambres fédérales, aurait à tout le moins du être débattue par la commission judiciaire voire par le parlement cantonal lui-même.

Les Verts genevois appuient finalement entièrement la demande d’Amnesty International qui, tenant compte des effets létales de cette arme, préconise l’adoption d’un moratoire sur le Taser dans l’attente de divers études indépendantes et exhaustives en cours de réalisation au niveau international.

img12634.jpg

Les Verts désapprouvent l’autorisation du TASER