Dès la deuxième moitié du XVIe siècle, les Pays-Bas furent partagés, sur les plans politique, culturel et religieux, entre nord et sud. Le nord avait épousé la cause protestante, alors que le sud était resté catholique. Cette division a provoqué dans les arts visuels nombre de ruptures, de développements et de résultats singuliers dont les conséquences sont visibles dans le monde des estampes.

Dans les provinces du nord, Rembrandt, Ruysdael et van Ostade inclus, se sont davantage concentrés sur les sujets historiques et moralisés, les portraits d’individus ou de groupes, mais également sur les paysages, les marines ou les scènes de genre.

Le sud, quant à lui, a suivi une tradition de gravure d’après les grands maîtres contemporains, comme Rubens, Van Dyck et Jordaens, tout en conservant sa prédilection pour la peinture religieuse, les portraits de souverains ou les paysages idéalisés.

Une exposition du Cabinet des estampes présentée au Musée d’art et d’histoire

• jeu 01. 10. 09 – dim 03. 01. 10
• Musée d’art et d’histoire | Rue Charles-Galland 2
• Ouvert de 10 à 17 h. Fermé le lundi
• CHF 5.– | CHF 3.–
libre jusqu’à 18 ans
• Vernissage mer 30. 09. 09 18h00
• Commissariat :
• Christian Ruemelin

img13699.jpg

Une exposition du Cabinet des estampes présentée au Musée d’art et d’histoire