Moutons blancs ou moutons noirs? Il n’y aura pas de hold-up électoral à Genève… Lors des élections fédérales du 21 octobre, le canton a réalisé une première mondiale, en sécurisant par un codage inviolable des données la ligne reliant un lieu de dépouillement et son centre de données.

Rien n’est impossible à un pirate de l’informatique: puiser dans les comptes d’une banque ou même fausser les résultats d’une élection ou d’une votation transmis électroniquement: «Nous avons voulu offrir des conditions optimales de sécurité aux travaux de dépouillement», a expliqué le chancelier Robert Hensler, fier d’avoir permis une première mondiale en sécurisant par cryptographie quantique la ligne reliant l’espace de dépouillement d’Uni Mail à son centre de traitement de données des Acacias.

Cryptographie quantique?
On est loin des moutons blancs et noirs de l’UDC! Et pourtant, un «hacker» averti aurait pu brouiller les données électorales en s’immisçant entre les deux sites. La cryptographie quantique, expliquent Grégoire Ribordy, directeur de la société id Quantique (voir ci-contre) et le professeur Nicolas Gisin, de la Faculté des sciences de l’Uni de Genève, permet de sécuriser les communications sur les réseaux de fibre optique: «C’est un peu comparable à un match de tennis. L’expéditeur du message prend une balle et y inscrit le message qu’il souhaite faire parvenir à son partenaire. Il lui renvoie alors cette balle. Le destinataire l’attrape et lit le message. Dans cette situation, rien n’empêche une tierce personne d’intercepter l’objet avec un filet à papillons, de prendre connaissance du contenu, puis de le renvoyer au destinataire. Les deux joueurs ne remarqueront même pas que leur communication est interceptée». «En revanche, poursuivent les scientifiques, si au lieu d’utiliser une balle de tennis, ils avaient recours à une bulle de savon, l’interception devient impossible, l’individu la faisant éclater instantanément». Concrètement, il ne s’agit pas de bulles de savon, mais d’impulsions lumineuses voyageant le long des fibres optiques.

Vital pour l’Etat
Le recours à ce système de sécurité informatique est vital pour l’Etat, estime le chancelier Hensler: «L’information est la matière première de l’Etat, que ce soit dans le cadre d’une décision politique, d’une enquête policière ou d’un soin à l’hôpital, l’Etat est à la fois un régulateur d’échanges d’informations et un prestataire de services basés sur l’information». Bien d’autres domaines sont intéressés par l’expérience genevoise, y compris les banques qui transmettent leurs données dans des ordinateurs centralisés et qui sont intéressées par cette première expérience concrète d’envoi de vraies données, dotées d’une réelle valeur: «Cet événement marque l’entrée de la technologie quantique dans le monde réel», relève le professeur Gisin qui a développé cette technologie dans les années 90.

Cette sécurité a un prix, bien entendu. «L’investissement pour le cas précis est de l’ordre de 100’000 à 200’000 francs», estime Michel Warynski, directeur des systèmes d’information de la Chancellerie. L’opération «quantique des quantiques» devrait être renouvelée lors d’un autre scrutin. Mais il n’est pas question pour autant de reléguer le bon vieux bulletin de vote à la corbeille à papier. Le vote 100 % électronique est encore de la musique d’avenir.

img6881.jpg

Nous avons voulu offrir des conditions optimales de sécurité aux travaux de dépouillement