L’euro était installé au-dessus du seuil de 1,50 dollar mercredi, face à un billet vert à de nouveaux plus bas historiques , miné par les perspectives de croissance en berne aux Etats-Unis et la politique baissière de la Réserve fédérale américaine (Fed) sur ses taux directeurs.

La monnaie unique européenne est montée jusqu’à un nouveau record de 1,5088 dollar vers 09H00 GMT.

L’euro avait grimpé mardi en fin de journée jusqu’à 1,5047 dollar, un nouveau record historique qui effaçait sa précédente marque de référence qui remontait au 23 novembre, à 1,4967 dollar.

Vers 11H00 GMT (12H00 à Paris), un euro valait 1,5048 dollar contre 1,4979 dollar mardi vers 22H00 GMT.

La monnaie unique européenne perdait du terrain face au yen, à 160,12 yens contre 160,60 yens la veille au soir.

La devise américaine baissait aussi face à la monnaie nippone à 106,41 yens contre 107,24 yens mardi.

Plombé par des indicateurs en baisse plus forte que prévu et la perspective d’une nouvelle baisse des taux de la Fed, le dollar ne cesse de connaître depuis plusieurs mois des plus bas historiques face à l’euro qui bénéficie, en revanche, de l’inflexibilité de la Banque centrale européenne (BCE).

Mardi, l’euro a été dopé par le baromètre Ifo, l’un des indicateurs jugés les plus fiables pour évaluer la santé de l’économie allemande présente et à venir, et qui était ressorti meilleur que prévu en janvier.

La devise européenne pourrait continuer sur sa lancée si le discours du président de la Fed, Ben Bernanke, devant le Sénat américain, à 15H00 GMT, devait donner des indications sur une nouvelle baisse du principal taux directeur aux Etats-Unis.

Tandis que la zone euro semblait épargnée par une future récession, les nouvelles macroéconomiques aux Etats-Unis ont confirmé mardi les difficultés de la première économie mondiale, avec un effondrement des prix de l’immobilier et un plongeon de la confiance des consommateurs.

“Un raffermissement de la croissance après le milieu de l’année apparaît maintenant comme le scénario le plus probable”, avait assuré cependant dans la soirée le vice-président de la Fed Donald Kohn. Au-delà de cet optimisme, les économistes y ont vu une preuve de l’importance accordée par la Fed à la croissance, plus qu’à l’inflation dans la résolution de l’équation qui s’impose à elle.

“Les indicateurs et la baisse du dollar ne font que confirmer les attentes d’une prochaine baisse des taux et nous pensons que l’euro continuera de profiter du différentiel de rendement avec le dollar pendant la première moitié de 2008” a commenté Howard Archer de Global Insight.

La Fed avait déjà baissé son principal taux directeur de 1,25% en janvier, faisant passer le loyer du billet vert sous celui de l’euro (avec des taux à 3% en zone euro et de 4% aux Etats-Unis).

La livre sterling était en hausse face au dollar, à 1,9895 dollar, mais baissait face à l’euro, à 0,7572 livre pour un euro.

Le franc suisse gagnait du terrain face à la monnaie européenne, à 1,6086 franc pour un euro et était en hausse face au billet vert, à 1,0688 franc pour un dollar.

L’once d’or cotait 959,73 contre 937,75 dollars au fixing du soir la veille, après avoir battu un nouveau record à 964,99 l’once.

Le yuan chinois a clôturé en baisse à 7,1420 yuans pour un dollar, contre 7,1580 yuans lundi.

img8122.jpg

Un nouveau record historique qui effaçait sa précédente marque de référence qui remontait au 23 novembre, à 1,4967 dollar.