L’état du monde se reflète au cœur des fracas intimes. Sondant l’invisible, le théâtre révèle la puissance du vivant à l’aide de subtils forages.

Cette saison les prospections telluriques de la Comédie de Genève feront ressurgir des perles rares et redécouvrir la brillance de pierres précieuses polies par le temps. De ce côté, on retrouvera L’Ecole de Femmes de Molière mis et scène et interprété par une grande dame de la scène et de l’écran: Coline Serreau. Cette dernière s’offre un rêve de jeunesse en incarnant savoureusement le célèbre Arnolphe apprenti patriarche hanté par le cocufiage.

Morceaux choisis Voici aussi Euripide avec La Folie d’Héraclès, ou le retour d’Hercule après ses douze travaux, et La Double inconstance de Marivaux. Les Poèmes à Lou d’Apollinaire seront eux redécouvert par la voix inimitable de sensibilité de Jean-Louis Trintignant accompagné de musiciens virtuoses.

Ces grandes pages universelles côtoient des œuvres plus rares de Gerhart Hauptmann, prix Nobel de littérature en 1912, ou d’Ernst Toller, essentiel au Berlin des années 20, et se mêlent aux expériences du Théâtre du Radeau de François Tanguy et des artistes de l’Océan indien.

Monstres sacrés
Et pour embraser l’affiche un trio de de monstres sacrés: Isabelle Huppert, Bob Wilson et Heiner Müller réunis par une relecture des Liaisons dangereuses de Laclos, Quartett.

En gemmologistes de l’âme et vulcanologues des passions, les artistes de la nouvelle saison de la Comédie se succèderont avec la conviction enfiévrée de véritables chercheurs d’or.
On ne va pas vous harceler pour vous dire de vous abonner, mais faites-le vite!
www.comedie.ch et infos abonnements 022 809 60 72