Le Ministre du Commerce de l’Industrie et du tourisme colombien est un homme élégant, très élégant même, qui met un point d’honneur à s’habiller chez d’excellents tailleurs… de Bogota. Car la Colombie, malgré ses turbulences internes est un pays émergent malgré ses turbulences internes, riche de ses entrepreneurs, de ses artistes, de ses scientifiques et de sa vie culturelle, un pays où l’on peut fabriquer des produits de haute technologie, un pays neuf et plein d’avenir et en même temps la plus vieille démocratie d’Amérique latine.

Cartagena de Indias en est le symbole: le centre historique, miraculeusement conservé, date du XVIème siècle, ce qui en fait à la fois la plus vieille et la plus belle ville des Amériques. A proximité, des plages merveilleuses et des récifs de corail colorés, tandis que dans la vaste zone portuaire, des usines de haute technologie transforment les nombreuses ressources naturelles du pays.

Un homme pressé
Titulaire d’un MBA de Harvard et classé à plusieurs reprises parmi les cent meilleurs jeunes managers de la planète, Lluis Guillermo Plata est un homme pressé, et affable. Tout à fait représentatif de la nouvelle équipe de gouvernants colombiens, managers de haut niveau formés dans les meilleures universités du monde, rentrés au pays pour exercer les plus hautes responsabilités dans les domaines dans lesquels ils ont été formés. A l’image de Claudia Jimenez, une énarque qui a dirigé la réforme de l’administration publique colombienne avant de devenir Ambassadrice de Colombie à Berne.

Pour une croissance élevée
L’objectif assigné au Ministre Plata: assurer au pays le taux de croissance élevé qui lui permettra de résoudre ses problèmes de pauvreté, en améliorant la répartition des richesses et la couverture sociale afin d’en finir avec la violence endémique. Cette mission impossible, il est en train de la réussir: le taux de croissance annuel est de 7,5%, le taux de pauvreté a diminué de 54 à 47% en 4 ans, le taux d’homicides a été divisé par deux, le nombre d’assassinats de syndicalistes par dix en cinq ans. Des assassinats qui sont le fait d’extrémistes de droite comme de gauche.
Quant au tourisme, il connaît une croissance annuelle de 15%, double de celle des pays limitrophes…qui accessoirement connaissent des taux de criminalité bien supérieurs dans leurs grandes villes.

2ème investisseur: la Suisse!
Les recettes du succès sont simples et efficaces: réduire la violence et attirer les investissements étrangers. La Suisse y occupe d’ailleurs la deuxième place. Dans les secteurs jugés prioritaires, les entreprises bénéficient de très substantielles réductions fiscales si elles investissent plus de 15 millions de dollars ou créent plus de 500 emplois. Ce ne sont pas les secteurs dynamiques qui manquent.

L’infrastructure touristique, l’industrie chimique et la production de biens à forte valeur ajoutée sont en plein boom. Le pays mise également sur la production de bio-carburants, dans les vastes territoires agricoles non dévolus à l’alimentation qui restent à l’écart des nombreuses réserves naturelles du pays.Ultime coquetterie, le Ministre porte au poignet un cordon porte-bonheur bleu, rouge et jaune: Azul, sangre y oro, les couleurs de la Colombie pour se souvenir que chaque million de dollars d’investissement permet à des centaines de ses compatriotes d’échapper à l’extrême pauvreté. Il vient d’en récolter plusieurs dizaines en Suisse. Pays de rêve, la Colombie est à découvrir au plus vite. Le Ministre Plata tient à développer un tourisme de qualité, respectueux des réserves naturelles et des sites magnifiques…

Et c’est tellement plus exotique de jouer les explorateurs, que de retrouver tout Carouge sur la plage.

img7309.jpg

Lluis Guillermo Plata, Ministre du Commerce de l’industrie et du tourisme colombien