Le retard effectivement constaté dans la remise par l’Office cantonal de la population (OCP) à la Chancellerie fédérale des signatures récoltées à Genève dans le cadre du référendum contre la réforme de l’imposition des entreprises n’est pas admissible.

Des premiers éléments d’investigation recueillis par la direction de l’office, il ressort que ce retard est dû à une négligence importante. Les responsabilités liées à ce dysfonctionnement doivent maintenant être déterminées au plan interne. Parallèlement, des mesures organisationnelles vont être prises pour assurer le respect des délais, notamment l’institution d’un échéancier centralisé au niveau de la direction de l’office.

Ces mesures s’inscrivent dans le cadre de la démarche plus générale entreprise dès l’entrée en fonction du nouveau directeur de l’OCP, en décembre 2006, pour renforcer les structures de l’office et améliorer les procédures internes.
Suite à la récente découverte d’une affaire de soustraction de papier sécurisé permettant l’établissement d’autorisation de séjour par un collaborateur de l’office, le département des institutions, auquel l’OCP est rattaché, avait déjà validé la proposition de la direction de l’office de créer un poste de contrôleur interne qui sera occupé dès le 1er septembre 2007.

img5831.jpg

L’Office cantonal de la population tend à éliminer les fraudeurs