L’Union des Mutilés et des Anciens Combattants de l’Isère (UMAC) tenait son ""assemblée générale vendredi 16 janvier à la salle banalisée de Champaret. Elle a fait se déplacer de nombreux adhérents, ainsi que plusieurs élus et personnalités; dont la députée Joëlle Huillier, Jean-Pierre Girard (1er adjoint de Bourgoin-Jallieu), Armand Bonnamy (président de l’association des enfants et amis du Secteur 7 et de la section cantonale du Souvenir Français) et Renaud Pras, président départemental de l’Office National des Anciens Combattants.
Placée sous la présidence d’Emmanuelle Loup, cette réunion s’est déroulée non sans une certaine émotion du fait que l’année 2014 a été assez éprouvante avec la disparition de plusieurs adhérents. Une minute de silence était ainsi respectée en leur mémoire, mais également pour tous les combattants de toutes les guerres, ainsi que pour les victimes des attentats de Paris.
""La réunion s’ouvrait ensuite sur le rapport moral de la présidente. Emmanuelle Loup précisait que pour elle, les choses deviennent difficiles avec l’âge qui avance. Cela fait maintenant 15 ans qu’elle porte l’association à bout de bras. De fait, c’est en l’an 2000 qu’elle a repris le flambeau de la section Nord-Isère de l’UMAC. Elle est ainsi devenue la première femme à se retrouver à la tête d’une association d’anciens combattants. Aujourd’hui encore, elle remplit cette mission avec ferveur et détermination. Bien sûr, elle est bien secondée, plus particulièrement par André Levrat, président du Comité de Liaison et président de l’association des Anciens Combattants et Prisonniers de Guerre.
Aux côtés du vice-président Maurice Morel, et d’André Levrat, secrétaire, Emmanuelle Loup adressait des remerciements aux adhérents pour leur assiduité. Enfin, c’est avec satisfaction qu’elle constatait que les conférences hisoriques données par Armand Bonnamy rassemblaient de plus en plus d’auditeurs. La présidente soulignait : «Elles nous permettent d’avancer dans l’avenir sans oublier ce qui s’est passé. Car si nous l’oublions, nous serons condamnés à le revivre.»

L’UMAC perdurera à travers le Souvenir Français
Cette réunion était également pour Emmanuelle Loup l’occasion de formuler quelques souhaits. Ce qui était bienvenu en ce mois de janvier. La présidente souhaiterait que cette section de l’UMAC continue à vivre jusqu’en 2017. Au-delà, elle sait que ça ne sera plus possible : les rangs s’amenuisent et les témoins de la seconde guerre mondiale prennent de l’âge. Armand Bonnamy la confortait en lui assurant que tout serait mis en œuvre pour l’aider en ce sens. Après quoi, cette association continuera de perdurer à travers le Souvenir Français. Elle le fait déjà en permettant à l’association Rhin et Danube de continuer à vivre. «Le Souvenir Français est le gardien de la mémoire», renchérissait Renaud Pras. Cet intérêt montrait tout l’attachement aux anciens combattants. A l’issue de la réunion, toutes et tous se sont retrouvés autour du verre de l’amitié, agrémenté de galettes des rois.
C. Muet


2016-01-23