C’est le Président de la République Française lui-même qui l’a souhaité: recevoir personnellement les responsables des délégations UMP à Paris, lors d’une réunion au Carousel du Louvre, en présence d’une grande partie du gouvernement. But de la rencontre: leur dire « Merci »! Face à un auditoire enthousiaste, Nicolas Sarkozy a brossé en une heure les temps forts de la campagne, les premières semaines au pouvoir, avec ici et là quelques confidences, notamment à l’endroit de certains journalistes. « Lorsque j’étais ministre, ils me donnaient un été pour durer. Aujourd’hui, le ton n’a pas changé. Dans cinq ans, ils n’auront rien vu passer. Décidément, ils ne comprennent rien, ils ne comprendront rien! »

Une France qui s’ouvre
Après quelques piques lancées à la Gauche, le message du locataire de l’Elysée aura surtout porté sur l’avenir, sur les choix profonds qui sont en train de changer la France, de l’ouvrir, de la faire gagner! « C’est vrai qu’il y a un nouvel état d’esprit, que des choses se font, mais à la fin de chaque journée, je fais le compte de tout ce que je n’ai pas pu faire, parce qu’il y a encore, croyez-moi, beaucoup à entreprendre ». « Avec François (Fillon, le Premier ministre) », a-t-il poursuivi, « nous avons voulu un gouvernement composé d’hommes et de femmes reconnus pour leurs compétences, des personnalités et des caractères divers, capables de travailler ensemble ». Après avoir explicité le choix de certains membres, comme Kouchner ou Datti, le Président a précisé: « Mais au final, nous serons jugés sur les résultats, et cela, les membres du gouvernement le savent très bien.

« Invitez-moi quand vous voulez! »
Nicolas Sarkozy a encore souligné l’importance du mouvement UMP, aujourd’hui comme demain. « Votre engagement ne s’arrête pas ici. Au contraire, l’élan doit se poursuivre, grâce à vous, avec vous. Je vous remercie du fond du coeur, et si des réunions comme celle-ci se renouvellent, soyez en sûrs, je répondrai à votre invitation dans l’heure! »

img5619.jpg

Pierre Condamin Gerbier et Nicolas de Ziegler, respectivement Président et Vice-président de l’UMP Suisse, juste après la rencontre avec Nicolas Sarkozy.