D ans le cadre du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, le Musée historique de Vevey présente, pour la première fois, une exposition consacrée à Madame de Warens. Grâce aux nombreux documents, peintures et objets réunis pour l’occasion, les visiteurs sont amenés à découvrir le destin très romanesque de cette femme.

Née à Vevey dans une famille de petite noblesse protestante, Françoise Louise de la Tour épouse à 14 ans Sébastien Isaac de Loys, seigneur de Warens. Après des années d’une existence mondaine et aisée, Madame de Warens fuit Vevey : une nuit d’été de 1726, elle embarque au bas de la place du Marché et rejoint l’autre rive du lac. A Annecy, elle abjure sa foi protestante au grand dam de sa famille et de ses concitoyens du Pays de Vaud. Dès lors elle jouera le rôle de « convertisseuse » pour Victor-Amédée II, duc de Savoie et roi de Sardaigne. C’est dans ce contexte qu’en 1728, elle ouvre sa porte à un jeune apprenti genevois en fuite, Jean-Jacques Rousseau.

Pendant 14 ans, alternant rencontres, voyages et vie commune à Chambéry, elle lui offre sa protection, lui fait acquérir de solides connaissances intellectuelles et musicales, procède aussi à son initiation amoureuse.

Bien des années plus tard, dans ses Confessions, Jean-Jacques Rousseau dira tout son amour et sa reconnaissance à cette femme qu’il adorait et qu’il appelait « Maman ».

Madame de Warens
(Vevey 1699 – Chambéry 1762)
Amie, maîtresse et bienfaitrice de Jean-Jacques Rousseau

Du 4 avril 2012 au 6 janvier 2013

img20133.jpg

Du 4 avril 2012 au 6 janvier 2013