Président du conseil d’administration du géant bancaire UBS depuis 2001, Marcel Ospel a confirmé mercredi matin vouloir rester à ce poste.
Pris dans la crise des crédits immobiliers à risque, Marcel Ospel fait taire les rumeurs quant à son départ de la présidence de l’UBS. Il va solliciter un nouveau mandat d’un an lors de l’assemblée générale ordinaire du numéro un bancaire suisse, le 23 avril.

L’information annoncée jeudi s’accompagne de la promotion de Sergio Marchionne, patron du groupe automobile transalpin Fiat, à la vice-présidence non-exécutive du conseil d’administration. L’Italien, ex-directeur général et actuel président du genevois SGS notamment, présente une solide expérience dans le redressement d’entreprise.

Sergio Marchionne, ancien patron d’Alusuisse, est entré dans l’organe de surveillance de l’UBS il y a un an. La tâche de ses membres n’est pas mince avec une banque qui a essuyé une perte nette de 4,4 milliards de francs en 2007 et déprécié des actifs pour plus de 20 milliards dans sa division banque d’affaires.

Par ailleurs, la présidence du comité d’audit sera reprise par Peter Voser, en remplacement de Lawrence Weinbach qui en demeure toutefois membre. Marcel Ospel, Peter Voser et Lawrence Weinbach solliciteront devant les actionnaires de l’UBS tous trois un mandat supplémentaire d’un an.

img7995.jpg

Il va solliciter un nouveau mandat d’un an.