Il faut laisser aux dirigeants de Migros un talent incontestable en relations publiques. En effet, Guy Vibourel, Directeur général de Migros Genève et Claude Deffaugt, Directeur général de Migros France, ont fait “salle comble” sous tente à l’occasion de la pose du “premier arbre” du futur Centre de Loisirs et de Bien-être de Migros Neydens.

Un bassin de 2’900’000 personnes
Des représentants des deux pays, issus des milieux politiques, économiques, ainsi que des délégués d’associations professionnelles et de commerçants, ainsi que les partenaires (entreprises, mandataires, consultants)ont tenu a être présents lors de cet événement qui a revêtu un véritable caractère transfrontalier. Un événement même régional, car, comme l’a rappelé Claude Deffaugt, “Si l’on tient compte d’un bassin de population situé dans un périmètre distant d’une heure et demie, ce sont 2’900’000 personnes qui peuvent être concernées par ce projet”. Des paroles ambitieuses, certes, mais pleinement réalistes.

“Cela n’a pas été sans mal!”
Un résumé historique a été retracé, remontant à l’an 2000, année qui a marqué les premières réflexions de Migros dans son désir d’implantation dans cet environnement, jusqu’à ce mardi 24 octobre 2006, jour qui a été choisi pour annoncer que tous les recours étaient désormais levés et que le projet pouvait aller de l’avant. Une salve d’applaudissements a salué cette nouvelle. “Cela n’a pas été sans mal”, a tenu à rappeler Bernard Gaud, président de la Communauté de Communes du Genevois, soulignant ici et là, dans un discours plein de spontanéité, les engagements présents et futurs des partenaires, Migros en tête. Le Maire de Neydens, Jean-Louis Riccard, aux allures terriennes et la tête sur les épaules, a commenté le contexte qui a prévalu dans les négociations et les effets très positifs de ce complexe, qui va modifier le paysage socio-économique de la région. Puis, protocole oblige, Pierre-François Unger, président du Conseil d’Etat, a parcouru l’histoire, deux millénaires d’une histoire, qui, si elle a été parfois commune, fut souvent originale. Il s’est félicité de la vision des acteurs de ce projet, qui ont travaillé de conserve, dans un bel esprit.Un esprit qui a associé la santé et l’économie, les deux appellations qui forment le nom du département que le magistrat préside. “Est-ce que cela signifie que nous souhaitons une santé économe et une économie saine”?

Un centre, quatre pôles
Ce centre de loisirs et de bien-être va bien au-delà d’un simple complexe commercial, que le maire de Neydens et le président de la Communauté de Communes auraient d’ailleurs refusé s’il avait répondu à une définition “basique”. Le futur centre de Neydens sera un lieu qui comportera quatre pôles: un pôle aquatique de 21’000 mètres carrés, un deuxième de 1’100mètres carrés dédiés au bien-être, un troisième consacré au monde sportif de 8’000 mètres carrés, et un quatrième pôle, qui sera, lui,le centre commercial. L’architecture (le bureau d’architectes est Espagnol, de Barcelone) respectera les normes du développement durable, avec, notamment des matériaux comme le bois et le verre.

Rendez-vous donc en 2008, qui sera aussi l’année qui verra l’ouverture de l’autoroute reliant Genève à Annecy. Le bonheur, s’il est parfois au coin de la rue, sera désormais aux portes de Genève.

img1209.jpg

Pose du Premier arbre du futur centre de Loisirs et de Bien-Etre de Migros à Neydens. De g. à d. Jean-Louis Riccard, Maire de Neydens, Pierre-François Unger, président du conseil d’Etat, Guy Vibourel, Directeur général de Migros et Claude Deffaugt, Directeur général de Migros France