Militantisme et manipulation

par | 25 Juil 2012

Militer pour la planète, c’est bien et même très bien. Attention toutefois à ne pas travailler, sans le savoir, pour tout autre chose…

Longtemps, on a déclaré des guerres pour des motifs économiques même si, évidemment, on les justifiait tout autrement, si possible en affichant un noble désir de libération quelconque. Longtemps, on a utilisé ces grosses ficelles, mais elles étaient de plus en plus voyantes et mal acceptées. Les stratèges ont donc inventé autre chose: le combat, toujours masqué bien sûr, mais sans la guerre cette fois (enfin, si possible) ce qui n’est tout de même pas un mince avantage. «La guerre, c’est la guerre des hommes; la paix, c’est la guerre des idées», disait déjà Victor Hugo.
Vous n’y croyez pas? Vous avez peut-être raison, mais quand même, réfléchissez… Et méditez sur l’exemple, bien européen, qui suit.

Des intérêts sont en jeu…
Partout en Europe, des militants de la planète, très motivés, se mobilisent contre le gaz et le pétrole de schiste. Ils dénoncent les dangers de la technique de la fracturation hydraulique. Il aurait été démontré en Amérique, disent-ils, qu’elle serait polluante, dangereuse et même sournoise puisque ses effets néfastes, la pollution des nappes phréatiques notamment, n’apparaîtraient que 5, 10 ou 15 ans après son emploi… Face à ces grands mouvements d’inquiétude, plusieurs pays européens ont donc choisi d’interdire la fracturation pour l’exploration et l’exploitation des gaz et huile de schiste.
Notons tout de même que ces interdictions avantagent sans conteste les pays (ou les grandes sociétés) qui peuvent produire avec de simples techniques conventionnelles. En interdisant chez soi, on favorise donc chez les autres. Certainement sans le vouloir, bien sûr, mais tout le monde n’est peut-être pas aussi innocent que cela…
Il est, en effet, particulièrement intéressant de noter que les plus farouches, les plus actifs, les plus bruyants opposants à la recherche et à l’exploitation de gaz et d’huile de schiste sont les mêmes que ceux qui prônent, outre les toilettes sèches et le brossage des dents à l’économie, la géothermie profonde. Géothermie qui ne peut s’obtenir autrement qu’en utilisant la… fracturation hydraulique. Alors, le problème, le vrai, est-il la fracturation hydraulique et ses supposés grands dangers ou tout simplement le pétrole et le gaz ou même, pour dire les choses simplement, l’indépendance énergétique de l’Europe qui, si elle était atteinte, nuirait gravement à de grands intérêts étrangers?

La question est posée
Voilà qui, en tout cas, pose question même s’il n’est évidemment pas possible de rejeter tous les anti-schistes dans le même sac… Mais hélas, «la manipulation des élites est encore plus facile que celle des masses», comme le faisait dire Jeanne Yanne à l’un de ses personnages dans le film Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.
On peut se dresser en toute bonne foi contre une technique –la fracturation hydraulique– qui a sans doute été employée à tort et à travers, mais on ne peut pas, innocemment du moins, la rejeter pour le pétrole et la prôner pour la géothermie. A moins, autre hypothèse, d’être un parfait imbécile ignorant de ce dont on parle…
Et si l’on est pris la main dans le sac, on ne peut que s’étonner que certains posent la question: à qui profite le crime? Une question à laquelle, ensuite, chacun est libre de trouver la réponse même si l’évidence économico-géostratégique pointe alors son nez…

Enfin, si tout cet enfumage peut nous éviter une guerre…
Jean-MichelRochet

img19255.jpg

…si tout cet enfumage peut nous éviter une guerre

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Migros, toujours plus gros

Le groupe coopératif suisse Migros enregistre, en 2020, une croissance de son chiffre d’affaires consolidé de 4 %, ce dernier s’établissant à 29,82 milliards de francs (MdCHF ; 27,68 Md€). Dans le détail, si...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest