Environ 80% des cours d’eau présentent, au moins en partie, des déficits écologiques conséquents. Comme le montre un nouveau rapport du WWF, moins de 5% sont encore complètement intacts. Le WWF demande donc la protection des ruisseaux et rivières les plus précieux.

Une étude du WWF publiée aujourd’hui montre qu’au mieux, un cinquième des ruisseaux et rivières suisses satisfont en partie les objectifs écologiques de l’ordonnance sur la protection des eaux. Moins de 5% peuvent être qualifiés de naturels et répondent entièrement aux objectifs écologiques. Malgré les efforts intenses des organisations de défense de la nature et plusieurs décisions politiques au profit de cours d’eau plus naturels, les ruisseaux et rivières intacts sont déjà très rares et restent soumis à une forte pression.

Sur le Plateau, aménagements et centrales hydrauliques dominent les grandes rivières. En retenant l’eau, ces installations interrompent la migration des poissons. Dans les vallées alpines, ce sont essentiellement les centrales à accumulation et les petites centrales hydrauliques qui entravent le flux naturel des cours d’eau. «En comparaison européenne, les cours d’eau suisses sont fortement aménagés», affirme Christopher Bonzi, spécialiste en force hydraulique au WWF Suisse.

Renforcer les efforts de renaturation

L’étude montre aussi que de nombreux cours d’eau assument, malgré les entraves, des fonctions importantes, par exemple comme corridors pour une grande variété d’espèces. Il est donc temps d’empêcher une détérioration supplémentaire de ces écosystèmes, afin que la situation n’empire pas davantage.

Une interdiction de détérioration des cours d’eau telle qu’elle existe dans l’UE pourrait déjà améliorer la situation. Cette interdiction protège les derniers ruisseaux et rivières naturels des interventions nuisibles. La Suisse ne connaissant pas de telle mesure, il est urgent d’assurer la protection sérieuse des derniers cours d’eau naturels.

Selon Christopher Bonzi, «58% de toutes les espèces de poissons en Suisse figurent sur la Liste rouge et 8 espèces ont déjà disparu. Les derniers cours d’eau naturels, véritables perles, doivent absolument être protégés, et de manière complète. Il est également indispensable d’intensifier les renaturations. Autrement, le danger est grand de voir disparaître d’autres espèces animales et végétales, ainsi que des paysages intacts.» Des ruisseaux et des rivières en bonne santé sont essentielles et leur importance pour la biodiversité est énorme.

Complément

img21415.jpg