En Suisse, près de 6% des enfants viennent au monde avec un poids trop faible, c’est-à-dire inférieur à 2,5 kg, comme le montre une étude de l’Office fédéral de la statistique (OFS) sur la mortinatalité et la mortalité infantile dans les années 1993 à 2002. Durant cette période, la mortalité infantile a diminué de 12% pour s’établir à 4,5 pour mille. Plusieurs pays européens enregistrent un taux plus faible encore.

Baisse du poids à la naissance depuis 1994
Le poids moyen à la naissance a diminué de 3 grammes par an en moyenne entre 1994 et 2002. Contrairement aux apparences, cette baisse n’est pas négligeable dans la mesure où, de 1979 à 1994, le poids à la naissance avait régulièrement augmenté de 2,5 g par an. La part des enfants ayant un faible poids à la naissance, c’est-à-dire inférieur à 2500 g, a par conséquent augmenté de 11% depuis 1994 pour atteindre 5,9% du nombre total des nouveau-nés. Deux causes connues expliquent en partie cette baisse du poids: d’une part, la hausse de la proportion de naissances multiples, qui est passée à 2,7%, et, d’autre part, l’augmentation des naissances avant terme, laquelle ne peut toutefois pas être chiffrée.

Poids plus faible des nouveau-nés dans les cantons latins
Le poids moyen à la naissance est plus faible dans les cantons romands et au Tessin que dans le reste de la Suisse. Le canton de Vaud enregistre un taux de mortalité infantile particulièrement bas, malgré un poids moyen à la naissance faible. En 2002, 329 nourrissons sont morts au cours de leur première année, soit 4,5‰. Certains pays d’Europe du Nord et d’Europe de l’Ouest affichent des taux sensiblement plus bas. La même année, le taux de mortalité infantile s’élevait à 3‰ en Finlande, 3,3‰ en Suède, 3,4‰ en Norvège, 4,1‰ en France et 4,2‰ en Allemagne. La Suisse a ainsi perdu la place qu’elle occupait en tête du classement au début des années 1990. Comparé à celui de la Finlande, son taux de mortalité infantile signifie qu’en 2002, par exemple, elle a enregistré la mort d’au moins 100 nourrissons de plus.

img7063.jpg

Baisse de la mortalité infantile malgré l’augmentation du nombre d’enfants de faible poids à la naissance.