Déposée le 6 juin dernier par les socialistes et les verts, une motion pour lutter contre l’excision interpelle le Grand Conseil genevois.

Ces mutilations sexuelles, assimilables à un acte de torture, seraient pratiquées à Genève selon des affirmations de notre confrère « 2o minutes ».

La motion invite le Conseil d’Etat à enquêter sur la pratique de ces actes de barbarie qui pourraient se pratiquer sur des jeunes filles tant à Genève qu’en zone voisine et à prendre toute mesure contre ce phénomène violent et irréversible.

img109.jpg

Les fillettes africaines sont les premières victimes de cet acte de barbarie