Les 636’000 motos et scooters circulant sur les routes suisses nécessitent un entretien régulier de la part de professionnels consciencieux et qualifiés. La passion pour la technique, les belles mécaniques et le contact direct avec la clientèle sont les conditions de base idéales pour un apprentissage de mécanicien/ne sur motos. Et il y a encore des places d’apprentissage intéressantes de libres pour ce métier!

La crise ne malmène pas toutes les branches: le commerce spécialisé de la moto tourne toujours encore mieux que la moyenne. Mais il souffre d’un manque de relève qualifiée. Pourtant, la profession de mécanicienne et de mécanicien motos offre des belles perspectives d’avenir, même à longue échéance. Une scolarité obligatoire dans la norme suffit pour entamer un apprentissage de quatre ans pour futurs mécanicien(ne)s motos. Pour ce qui est de la formation ultérieure et du développement de la carrière, l’horizon est large et va de la Maîtrise fédérale en passant par une haute-école spécialisée (technicien/ne en machines) jusqu’à l’Ecole d’ingénieurs ou Polytechnique (par ex. Bachelor of Sience FH en technique véhicules et machines).

Certes, de nos jours, on ne répare plus guère de moteurs, de boîtes de vitesses ni de démarreurs, mais on les échange le plus souvent contre des pièces neuves ou révisées. N’empêche qu’on enseigne, au cours de l’apprentissage, toutes les méthodes de réparations telles que la soudure à chaud et à froid, le filetage, etc., depuis les rudiments jusqu’à leur maîtrise. L’électronique complexe a elle aussi conquis les motos modernes (gestion du moteur, injection, ABS). Parmi les tâches principales du mécano et de la mécanicienne motos: le diagnostic des dysfonctionnements, les travaux d’entretien et de maintenance, ainsi que l’individualisation et le tuning des machines selon les désirs du client.

Pour celles et ceux qui terminent leur scolarité, qui éprouvent du plaisir en rapport avec la technique, les motos et le contact direct avec la clientèle, cette profession offre un terrain d’activités intéressant et varié, des perspectives de développement personnel et un revenu assuré. La haute saison se situe au printemps et en été, alors qu’en hiver c’est généralement plus calme. Les horaires de travail correspondent dans les grandes lignes à ceux du commerce de détail, c’est-à-dire qu’on travaille le samedi mais prend congé lundi.

Pour des informations détaillées concernant les stages de préapprentissage, l’apprentissage même et les carrières possibles s’ouvrant aux apprenti(e)s en mécanique moto, voyez dans Internet sous www.sfmgv.ch et www.orientation.ch. Pour la quête d’une place de stage de préapprentissage ou d’apprentissage, veuillez également consulter le site web www.orientation.ch, puis continuez sous «formation», puis sous «toutes les places de stage». Un stage d’une semaine chez un agent de motos régional renseigne au mieux sur le profil exigé par le métier. Les jeunes gens intéressés qui s’y mettent tout de suite ont même une chance de trouver une place d’apprentissage pour 2009. Pour 2010, les perspectives d’accéder à une place de formation sont même très bonnes.

img12737.jpg

La branche de la moto et du scooter propose des places d’apprentissage intéressantes.