Chaque jour, lors de la promenade autorisée aux patients de l’hôpital psychiatrique de Volterra, en Toscane, Fernando Oreste Nannetti (1927-1994) grave sur les murs du préau avec la boucle de son gilet. Une création monumentale – 70 mètres de long – se dessine, fruit d’un travail qui s’étend sur une quinzaine d’années. Ces graffitis uniques, qui rappellent les écritures cunéiformes, révèlent un monde stupéfiant. Guidé par ce qu’il appelle un « fluide magnétique cathodique », Nannetti transcrit les nouvelles qu’il reçoit par télépathie. Une oeuvre d’importance majeure pour l’Art Brut.
La Collection de l’Art Brut vous invite à déchiffrer ce « livre de pierre » onirique où s’entremêlent extraits de journal intime, énoncés biographiques, récits de guerre ou descriptions fantastiques, révélant un diariste extravagant et un écrivain utopiste. Les mots s’affolent pour y faire éclore le corps de la pensée.

Nannetti « colonel astral »
du 13 mai au 30 octobre 2011

img17495.jpg

Fernando Oreste Nannetti
N.O.F.04 (1927-1994)
Inscriptions gravées
(1959-1961/1968-1973)
Façade de l’hôpital psychiatrique de Volterra (I)
Photo : Pier Nello Manoni
Collection de l’Art Brut