Que connaît-on des nanotechnologies ? Quels produits en sont issus ? Quelles promesses peut-on en attendre et faut-il en avoir peur ?
C’est à ces questions que tente de répondre une exposition itinérante créée par la Fédération romande des consommateurs (FRC) et l’Interface Sciences-Société de l’Université de Lausanne (UNIL). Conçue pour aller sur les places publiques à la rencontre des gens intéressés ou concernés, elle se pose pour quelques semaines devant le Musée d’histoire des sciences.

NANO ouvre la porte de l’infiniment petit, celui de particules dont la dimension varie d’un milliardième à quelques centaines de milliardièmes de mètres (de 1 à 100 nanomètres). Une échelle difficile à se représenter pour l’esprit humain ! La matière y montre parfois des propriétés intéressantes, suscitant espoirs, fantasmes ou craintes. Un grand nombre de produits “nanos” sont déjà sur le marché (que ce soit dans des crèmes solaires ou comme bactéricide dans les chaussettes qui ne sentent jamais mauvais). Leurs technologies sont fréquemment présentées comme source de promesses par les scientifiques, les médias, la finance et les politiques de recherche, mais, l’univers des nanos n’est pas exempt de préoccupations et d’attentes sociales.

“Et vous, qu’en pensez-vous ?” demande l’exposition aux visiteurs qu’elle invite à venir participer à différentes rencontres (conférences, ateliers famille ou café scientifique). Questions légitimes, la Suisse est un haut lieu de la recherche en nanosciences et nanotechnologies, mais peu d’efforts y ont été entrepris jusqu’ici en comparaison avec d’autres pays, pour encourager le débat à ce sujet.

img18905.jpg

Exposition temporaire du 19 avril au 20 mai 2012