A une certaine époque, il ne faisait pas bon être historien à ses heures perdues. Le Registre du Conseil de Genève du 17 mai 1633 est très clair, le texte dit : « Pierre Perrin, appellé pour avoir dressé un livre, qu’il intitule l’Histoire de Genève, et l’avoir baillié à relier, a esté envoyé en prison pour en respondre ». Dans les deux interrogatoires que le sieur Perrin subit le même jour, le magistrat qui l’interroge lui reproche d’avoir « voulu faire du Docteur,…et qu’il devait savoir qu’il n’appartient à personne de mettre la main à l’Histoire que par autorité du Conseil ». Pauvre Pierre Perrin…

img502.jpg

A l’époque, une tradition gouvernementale, constituée depuis plus d’un siécle était contre la publication d’ouvrages historiques sur la ville de Genève.