Neuchâtel: aide sociale importante

par | 20 Nov 2007

En 2006, dans le canton de Neuchâtel, ce sont près de 9’640 personnes qui ont dû recourir à un moment ou à un autre aux prestations d’aide sociale, soit 5,7% de la population résidante. Les catégories les plus touchées sont les enfants et adolescents (0-17 ans) ainsi que les jeunes adultes, âgés de 18 à 25 ans. Les personnes élevant seules leurs enfants ont un risque élevé de devoir recourir à l’aide sociale : près d’une famille monoparentale sur quatre bénéficie de l’aide sociale. Près de la moitié des bénéficiaires de l’aide sociale ne dispose pas de formation professionnelle achevée (48%). Voici les résultats de la statistique suisse de l’aide sociale établis par l’Office fédéral de la statistique.

Près de la moitié des enfants soutenus par l’aide sociale vivent dans une famille monoparentale. Le taux d’assistance de ce type de ménage s’élève ainsi à 28%. Cela signifie que dans le canton de Neuchâtel, plus d’un ménage monoparental sur quatre dépend de l’aide sociale. 44% des enfants et des adolescents (0-17 ans) grandissent dans une famille avec deux parents et 4,1% sont placés dans des familles d’accueil, dans des institutions, dans des appartements protégés ou vivent seuls dans quelques rares cas.

De fortes disparités selon le groupe d’âge
Le risque de dépendre de l’aide sociale varie fortement d’un groupe d’âge à l’autre. Ainsi, dans le canton de Neuchâtel, ce sont les jeunes adultes (groupe d’âge des 18-25 ans) qui sont surreprésentés parmi les bénéficiaires, avec un taux d’aide sociale de 9%. Ceci est d’autant plus flagrant dans les villes où le taux grimpe pour ce même groupe d’âge à 13%. A l’inverse, les personnes de 56 à 64 ans sont peu tributaires de l’aide sociale avec un taux de 3%. Le système de prévoyance vieillesse jouant parfaitement son rôle de protection sociale, les aînés (65 ans et plus) ne sont que 0,4% à devoir recourir aux prestations d’aide sociale.

img6981.jpg

Les familles monoparentales et les jeunes adultes sont les plus touchés par le risque de devoir recourir à l’aide sociale.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Niveau de vie : 65 800 euros par an

Dans la partie française du pôle métropolitain de Genève (composé de huit intercommunalités autour du lac Léman), les 10 % les plus aisés ont un niveau de vie supérieur à 65 800 euros par an, dépassant même 78 500...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest