Le Muséum montre les travaux d’élèves, réalisés dans le cadre de l’exposition Notre Terre (Cool Globes), présentée à Genève à l’occasion des 50 ans de Terre des hommes Suisse.

Les classes genevoises ont été invitées à fabriquer leurs propres globes qui traduisent leurs messages pour la protection de l’environnement et le réchauffement climatique, après avoir vu l’exposition des artistes du monde entier au bord du lac.

La proposition de Terre des hommes était de débattre avec les élèves du changement climatique, du lien entre le changement climatique et l’action humanitaire et de développement. Mais aussi pourquoi une association qui défend les droits de l’enfant s’intéresse-t-elle au changement climatique ?

Pour réaliser ces miniglobes, les élèves se sont posés plusieurs questions : quels messages veut-on faire passer à travers la réalisation que l’on va entreprendre ? Pourquoi, pour quel public, quelles conséquences ou quels effets pourront avoir ces œuvres sur le public ? Un texte réalisé par les enfants accompagne leur création.
Un grand merci et des félicitations aux enfants pour leur participation.

Notre terre et les artistes au bord du lac
A l’occasion de son 50e anniversaire et grâce au financement de la fondation Hans Wilsdorf, Terre des hommes Suisse présente Notre Terre (Cool Globes) du quai Wilson au parc Mon Repos.

Trente globes géants sculptés et décorés par des artistes du monde entier proposent des actions possibles pour lutter contre le changement climatique et améliorer les conditions de vie de tous ceux qui subissent ses effets dans le monde. Le globe « genevois » a été réalisé par Gérald Poussin. Cette exposition est destinée à susciter le dialogue entre les visiteurs et les encourager à agir au quotidien.

La vie des enfants, principale préoccupation de Terre des hommes Suisse depuis 50 ans, dépend aussi de l’environnement dans lequel ils grandiront. Ainsi les écoles de Genève ont été associées à cet événement avec des visites commentées et la réalisation des travaux présentés au Muséum.
Entrée libre, 1er étage

img15999.jpg

Photo: Philippe Wagneur, MHN / MHS