En ajoutant une dose d’innovation, en renforçant la formation et en pérennisant les relations avec les entreprises, Guillaume Lacroix et Cie apportent un nouveau souffle au technopôle.

« Ce qui nous intéresse, c’est le long terme, introduit Guillaume Lacroix, président d’Alimentec. Le technopôle doit retrouver toute son ampleur dans la galaxie agroalimentaire, Afin d’y parvenir, nous devons lui redonner du peps et moderniser son image. Aujourd’hui, une page se tourne et une nouvelle aventure commence.» Désormais, le président, le directeur et les trois partenaires financiers (la CCI, le conseil général et Bourg Agglomération) s’appuient sur l’opinion d’un comité stratégique composés d’une vingtaine d’acteurs de la vie économique. Institutionnels, industriels, enseignants, ils ont tous le même objectif : faire rayonner Alimentec autour de projets concrets. La seconde nouveauté, c’est la création d’un fonds de développement et de recherches dans les domaines de l’agroalimentaire et industries connexes. Ce fonds s’élève à 600 000 euros sur trois ans. Il permettra d’accompagner des programmes de recherches et de développement mettant en synergie les nouveaux partenaires. « Aujourd’hui, Alimentec a l’ambition d’être attractif. Nous lui donnons les moyens d’y parvenir, souligne Jean-Marc Bailly. Actuellement, nous planchons sur un partenariat dans l’emballage et nous souhaitons mettre en place de nouvelles formations. D’ailleurs, Jean-Louis Falconnier, PDG de la Ciat fait désormais parti du comité car il est très attaché à ce volet formation, notamment pour la création d’une filière génie thermique-frigorifique. »
Outil d’innovation, de développement économique et de création d’emploi, Alimentec revit.