Nouvelles activités au menu de J’aime Boc’oh

par | 06 août 2021

La conserverie solidaire J’aime Boc’oh, basée à Cognin, valorise les fruits et légumes disqualifiés en confitures et tartinades. Mais elle a diversifié ses activités, toujours au service de l’anti‑gaspi et du zéro déchet.

alexia bontron

Depuis sa création en 2016 par Baptiste Bourdeau, J’aime Boc’oh a fait un bout de chemin. Elle propose, depuis l’été 2020, un service traiteur qualifié de «  zéro déchet et anti-gaspi  ». «  Pourquoi ? Il restait de quoi valoriser la récupération dans notre collecte de produits, soit parce qu’il y en a trop, soit parce qu’il y a des fruits et légumes plus difficiles à accommoder, auxquels nous n’avons pas trouvé de recettes pour en faire des bocaux  », explique Jolène de Laporte, en charge du développement commercial.

L’entreprise, qui emploie des personnes en insertion (une cinquantaine depuis 2016), s’est aperçue qu’il y avait une vraie demande. «  Les personnes que l’on accueille ont souvent déjà eu une expérience dans les métiers de bouche, cela nous tenait à cœur de proposer ce genre d’accompagnement  », détaille Jolène de Laporte. Que ce soit pour des événements privés ou pour des déjeuners d’affaires, J’aime Boc’Oh propose des formules, bouchées ou buffets (végétariens ou carnés) sur demande. «  Nous avons régalé 1 200 bouches depuis le début 2021  », sourit la responsable commerciale.

50 tonnes de produits sauvées par an

Au sein de sa boutique à Cognin (Savoie), la conserverie solidaire peut se targuer d’être un maillon de l’économie circulaire locale. «  On sauve 50 tonnes de produits par an, issues des GMS [ndlr : grandes et moyennes surfaces] ou des surplus de production des agriculteurs. Soit plus de 200 tonnes de fruits et légumes sauvés depuis nos débuts, et 250 000 bocaux fabriqués !  », annonce fièrement Jolène de Laporte.

En plus de la fabrication de bocaux et du traiteur, l’entreprise propose des cadeaux d’affaires et «  du travail à façon  », un service qu’elle offre aux producteurs locaux souhaitant sauver leur surproduction ou leurs produits abîmés : «  Nous leur fabriquons les recettes et eux repartent avec leurs bocaux.  »

Distribuée dans une quinzaine de GMS, ainsi que dans des épiceries locales et bio, J’aime Boc’oh (6 salariés,18 emplois d’insertion) a réalisé 240 000 euros de chiffre d’affaires en 2020, en progression de 30 %.

0 commentaires

Découvrez également :

Fonds frontaliers 2023 : combien touche votre commune ?

À l’occasion du vote de la 51e tranche de la Compensation financière genevoise, découvrez en détail les montants versés aux communes haut-savoyardes. Le Département de la Haute-Savoie a reçu 275,7 millions d’euros en 2023, en hausse de 10,6 millions d’euros sur un...

LIRE LA SUITE

Panorama économique Industrie 2024

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine hors-série "Panorama économique Industrie 2024" sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés. Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf,...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

ANNONCES LÉGALES WEB

Consultez les annonces légales publiées sur notre site habilitées par la Préfecture >>

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos ventes aux enchères immobilières >>

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS