Thomas Buchi, candidat radical au Conseil national, et Luc Barthassat, Conseiller national PDC, ont exposé à la presse les arguments qui militent en faveur d’un alternative au projet de construction d’une nouvelle centrale nucléaire: économiser l’énergie. Ces deux personnalités sont membres d’Ecologie libérale, « qui n’est pas un parti, mais un mouvement », tiennent-ils à préciser. Un courant qui sensibilise les milieux politiques, économiques et sociaux à différentes solutions en droite ligne avec le développement durable.

Neuf mesures contre le gaspillage
Pour Thomas Buchi et Luc Barthassat, non seulement une nouvelle centrale ne s’impose pas, mais d’importantes économies d’énergie sont possibles, de manière à se rendre plus indépendant à l’égard de cette source dont le problème des déchets n’est toujours pas résolu.  » Nous ne pouvons pas continuer à exploiter des centrales en laissant à nos enfants le soins de régler les problèmes des déchets! », s’exclame Thomas Buchi. Ecologie libérale a en effet listé une série de mesures (neuf en tout)afin de réduire le gaspillage énergétique, notamment dans le domaine des bâtiments. Ces derniers font l’objet de près de la moitié de la consommation d’énergie, ce qui en font un acteur de poids. Ces mesures sont accessibles sur le site www.ecologielibérale.ch.

img6034.jpg

Luc Barthassat et Thomas Buchi, membres d’Ecologie libérale