Le sous-préfet Thomas Michaud se souviendra longtemps de son ""premier repas gastronomique au restaurant d’application de l’EFMA. Mardi 12 avril, cinq chefs chinois officiaient en effet derrière les fourneaux du “Saint Honoré” dans le cadre des échanges avec Wujiang. Les plats servis lors de ce déjeuner officiel de la Semaine culturelle chinoise étaient exquis. Les cuisiniers, aidés par des apprentis de l’Espace de Formation aux Métiers de l’Artisanat, avaient à coeur de faire découvrir les spécialités culinaires de la région de Wujiang. à mille lieues de ce que l’on trouve dans les restaurants asiatiques du Nord-Isère !
Avec les membres de la délégation chinoise, c’est une bonne tablée d’une quarantaine «d’amis», comme se plaisait à le souligner Georges Burba, président de la Chambre des métiers et de l’Artisanat de l’Isère, qui allait partager ce repas festif. De nombreux élus, dont le maire de Bourgoin-Jallieu, Vincent Chriqui, et son 1er adjoint, Jean-Pierre Girard, avaient répondu à l’invitation du directeur de l’EFMA, Thierry Joseph. On a bien “trinqué” à la qualité des échanges qui ont démarré il y a huit ans entre le centre de formation berjallien et la ville de Wujiang. L’interprète attitré, Jacques Cao, a fait des merveilles pour mettre à l’aise le chef de la délégation chinoise, Sun Feng, et monsieur Lu, qui dirige des hôtels-restaurants prestigieux dans la cité chinoise jumelée. 
""Tous étaient ravis des liens tissés au fil des ans. Georges Burba soulignait : «Plus que des amis, vous êtes des frères. Pour les apprentis cuisiniers ou pâtissiers que nous envoyons chaque année en Chine avec le soutien de la Région Rhône-Alpes, l’expérience est extraordinaire. Nous avons bon espoir de faire la même chose dans le secteur de l’automobile.» Depuis 2008, une centaine de jeunes de l’EFMA ont déjà eu l’opportunité d’aller participer au festival de la gastronomie française à Wujiang. La recette fonctionne à merveille !
Pour ce repas officiel, la salle avait été décorée avec soin aux couleurs de la Chine. Petits drapeaux, guirlandes… rien ne manquait. De charmantes jeunes filles de l’EFMA assuraient le service. Au moment du dessert, les chefs chinois, qui comptaient une femme dans leurs rangs, étaient chaleureusement félicités. Du côté de Wujiang, la gastronomie est autant une tradition que ce qu’elle peut être en France !
Stéphane Perrin

2017-04-22