De nouvelles modélisations réalisées par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) indiquent où et contre quels risques naturels la forêt offre une protection. Les résultats sont utilisés pour répartir en fonction des effets attendus les moyens financiers alloués à l’entretien des forêts protectrices et aident les cantons à les délimiter selon des critères uniformes.

Une forêt bien entretenue est une protection efficace contre les risques naturels
Les soins nécessaires bénéficient du soutien financier de la Confédération. C’est pour employer ces ressources au mieux et selon des critères uniformes que l’OFEV a calculé et analysé le processus de différents dangers naturels, tels qu’avalanches, laves torrentielles ou chutes de pierres, en appliquant pour la première fois des modèles informatiques à tout le territoire suisse. Cette méthode permet de déterminer quelles sont les forêts qui protègent les bâtiments et les infrastructures. La plupart des aires forestières ainsi définies se trouvent dans les cantons du Valais, de Berne, du Tessin et des Grisons, c’est-à-dire des cantons à forte proportion de régions de montagne. Les cantons de Bâle et de Genève comprennent néanmoins de petites surfaces (tableau). Les modélisations ont été réalisées par l’OFEV à la demande des cantons, qui les ont suivies dans un groupe de projet.

Une base pour répartir les subventions et délimiter les forêts protectrices
Les modélisations désormais disponibles constituent une base essentielle pour
répartir judicieusement les subventions fédérales au cours des quatre prochaines années. Les modélisations à l’échelle du pays donnent en outre aux cantons des informations importantes pour délimiter les forêts protectrices selon une méthodologie uniforme. À cet effet, ils complèteront les calculs avec des données locales et leur connaissance approfondie des lieux. La délimitation des forêts protectrices selon des critères communs doit être achevée pour fin 2010.

Des modèles pour tester différents scénarios
Conçus de manière modulaire, les modèles informatiques de l’OFEV peuvent être
adaptés aux connaissances nouvellement acquises et utilisés pour vérifier
périodiquement les dangers potentiels. Ils permettent également d’analyser différents scénarios. C’est ainsi qu’on peut évaluer l’influence d’un changement d’affectation ou d’autres modifications sur le front des dangers lorsqu’on délimite des forêts protectrices.

img797.jpg

Belles sont les forêts suisses!