Chaque année, la journée internationale de la femme est l’occasion de faire ""le point sur la condition des femmes et l’égalité des sexes en France, mais aussi de regarder au-delà des frontières et d’approfondir la réflexion concernant les avancées des droits. Une nouvele fois, la ville de L’Isle d’Abeau a activement participé à cette journée si spéciale samedi 7 mars, la veille de la date officielle. Cette journée était placée sous le thème “Parcours de femmes”. A 10h, une randonnée pédestre était proposée, avec, le long du parcours, une “chasse aux mots” permettant de reconstituer deux phrases en lien avec Rosa Parks. C’était “la femme du jour”, puisqu’à midi, les habitants étaient invités à se retrouver en mairie à l’occasion d’un grand événement.
En effet, il allait être procédé à l’attribution d’un nouveau nom pour la salle du conseil : “Salle Rosa Parks”. Cette appellation est le choix des jeunes élus du Conseil municipal enfance et jeunesse (CMEJ). Après avoir coupé le ruban et dévoilé la plaque “Rosa Parks” désormais apposée à l’entrée de la salle, le moment était venu pour Josette Casse de présenter l’exposition du CIDFF (Centre d’Information sur les droits des femmes et des familles). Elle portait sur l’égalité hommes/femmes et les droits civiques. La coïncidence a voulu qu’au même moment, le premier président noir de l’histoire des Etats-Unis, Barack Obama, lance un appel devant des milliers de personnes rassemblées à Selma, les invitant à poursuivre la lutte contre la discrimination raciale.
Enfin, pour les personnes ayant participé à la randonnée pédestre, le moment était venu de découvrir les deux phrases mystérieuses, à savoir : “Le souffle rebelle de Rosa Parks icône de la lutte pour les droits civiques” et “Rosa Parks, la femme qui s’est tenue debout en restant assise”. En soirée, le public était attendu au centre social Michel Colucci pour le spectacle “Parcours de femmes”, marquée par la pièce de théâtre “Inventaires”, écrite par Philippe Minyana.

Rosa Parks, une femme ordinaire qui a marqué l’histoire
""Il y a 59 ans, Rosa Louise Mc Cauley Parks, dite Rosa Parks, changeait le cours de l’Histoire. Née le 4 février 1913 dans l’Alabama, aux Etats-Unis, c’était la fille aînée d’une famille de deux enfants. Elle a été éduquée à la maison jusqu’à l’âge de 11 ans. Ensuite, elle fréquente une école fondée par des familles blanches pour les enfants noirs. Durant sa jeunesse, Rosa Parks subit les affronts du racisme. En décembre 1932, elle épouse Raymond Parks, un barbier militant de la cause des droits civiques.
De 1930 à 1955, Rosa Parks travaille en tant que couturière, mais elle exerce aussi divers autres métiers tels qu’aide-soignante et secrétaire. Elle va devenir célèbre lorsque le 1er décembre 1955, dans la ville de Montgomery, elle refuse d’obéir au conducteur du bus, James Blake, qui lui demande de laisser sa place à un blanc et d’aller s’asseoir au fond. Arrêtée par la police, elle se voit infliger une amende de 15 dollars.
Martin Luther King, un jeune pasteur noir de 26 ans, lance alors une campagne de protestation et de boycott contre la compagnie de bus qui durera 381 jours. Le 13 novembre 1956, la Cour Suprême casse les lois ségrégationnistes dans les bus. Par son rôle initiateur du boycott, Rosa Parks contribua à la prise de conscience des Américains dans la lutte pour les droits civiques. Elle devient ensuite une icône pour le mouvement des droits civiques. Ne trouvant pas de travail à Montgomery et sous la pression de ses proches, inquiets pour sa sécurité, mais aussi en raison de quelques désaccords avec les leaders noirs de la ville, elle se rend en 1957 à Hampton en Virginie, puis à Detroit dans le Michigan. Malade, elle est décédée le 24 octobre 2005. Les jeunes de l’Isle d’Abeau ont été touché par son parcours. Un choix judicieux sous forme d’hommage.
Carole Muet


2016-03-12