Dans une des rues marchandes les plus fréquentées de la ville, celles et ceux qui passeront devant le magasin Burberry ce Mardi à 13 heures, verront une membre de l’organisation People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) déguisée en renard, sortir de sa cage, pour être “tuée” et “dépecée” par un autre membre du groupe. Elle se retrouvera agonisante, gisant sur le sol dans une marre de sang. Les militants ont pour but d’encourager Burberry à arrêter de vendre de la fourrure. Ils utiliseront des manteaux de fourrures donnés à PETA par des personnes qui ne veulent plus porter de fourrure par souci du bien être des animaux.

Un représentant américain de PETA Europe a rencontré la direction de Burberry afin de leur montrer des vidéos dans lesquelles ont peut voir comment les animaux sont capturés dans des pièges, effrayés au point de ronger leurs propres pattes afin de s’échapper et comment les animaux sont gazés, électrocutés, ou se font casser la nuque, dans les élevages d’animaux à fourrure. Burberry continue malgré tout de vendre de la fourrure.

“Le sang que nous utilisons dans notre action est faux, mais la souffrance et la mort des animaux qui ont été tué pour fabriqué la fourrure que vend Burberry est bien réelle”, dit Noémie Ventura, coordinatrice de campagne de PETA Europe. “Même au 21éme siècle – alors qu’il y a tellement d’alternatives à la fourrure, élégantes et confortables – Burberry soutient l’une des indutries les plus abominables de la planète.”

img3127.jpg

Une horreur sans nom…