Pierre Fabre va céder son unité de fabrication de Saint-Julien-en-Genevois à Fareva

par | 8 Avr 2020

Le groupe pharmaceutique veut se séparer de ses deux sites de sous-traitance, dont celui de Saint-Julien-en-Genevois, pour se concentrer sur le lancement de nouveaux traitements contre le cancer.

Réactualisé le 9 avril. Pierre Fabre, n°2 mondial des laboratoires dans le domaine de la dermo-cosmétique et 2e groupe pharmaceutique privé français, annonce ce mercredi 8 avril être entré en négociation exclusive avec le groupe industriel Fareva pour la cession de son unité de production d’anticorps monoclonaux de Saint-Julien-en-Genevois, qui emploie 30 salariés. « Ce projet de vente n’inclut pas le centre de recherche en oncologie (CIPF, 100 collaborateurs) situé à proximité, qui est l’un de nos deux principaux centres de recherche avec celui de Toulouse », souligne Marc Alias, le porte-parole de Pierre Fabre. Un second site, Aquitaine Pharma International à Idron près de Pau (Pyrénées-Atlantiques), spécialisé lui dans la fabrication de produits anticancéreux injectables à 95 % pour d’autres laboratoires, fait aussi partie de la cession. L’ensemble concerne 231 salariés, dont la reprise constituera l’un des points forts de la négociation (Ndlr, (le groupe n’a pas souhaité communiquer sur les chiffres d’affaire de ses deux sites). En procédant de la sorte, Pierre Fabre confirme sa volonté de fabriquer à 100 % pour le groupe, et non plus pour le compte de tiers, et d’investir à l’avenir dans ses propres médicaments en oncologie.

« Nous allons accélérer la R&D et la commercialisation de nouveaux traitements très innovants, notamment dans le cancer de la peau en partenariat avec une société américaine », explique Marc Alias, relevant au passage le coût important de la recherche.

Ses deux autres activités, la dermatologie et la dermo-cosmétique, feront également l’objet de développements. Les salariés ont été informés de l’opération aujourd’hui, mercredi. Si le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, un accord de cession devrait intervenir d’ici cet été.

Pour rappel, Pierre Fabre (siège à Castres dans le Tarn), détenu à 86 % par la Fondation éponyme, affiche un chiffre d’affaires de 2,4 milliards d’euros avec 11 000 collaborateurs répartis dans ses filiales et bureaux présents dans 45 pays. Ses produits sont distribués dans plus de 130 pays. S’agissant de Fareva, le groupe familial créé en 1990 par Bernard Fraisse est un acteur mondial de la sous-traitance de produits pharmaceutiques, cosmétiques, make-up, industriels et ménager. Implanté au Luxembourg, il emploie 12 000 collaborateurs et totalise 39 sites de production (dont neuf en France) dans le monde. En 2019, ses revenus atteignent 1,8 milliard d’euros.

Par Patricia Rey

Pierre Fabre, fondateur du laboratoire pharmaceutique, aujourd’hui disparu. Cette entreprise industrielle est la seule en France à appartenir à une fondation reconnue d’utilité publique. Cette dernière a pour mission de permettre l’accès aux médicaments et aux soins dans les pays les moins développés – Crédit photo Laboratoires Pierre Fabre
Le site d’oncologie à Saint-Julien-en-Genevois est l’un des deux principaux centres de recherche du groupe Pierre Fabre. Située à côté, l’unité de fabrication d’anticorps monoclonaux est l’une des rares existant en France et constitue un vrai potentiel pour les laboratoires, notamment dans le cadre d’études cliniques – Crédit photo Laboratoires Pierre Fabre

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Publicité

Pin It on Pinterest