Succédant au Plan directeur 2011-2014, le Plan d’actions du réseau routier 2015-2018 se présente comme un catalogue de 64 mesures opérationnelles, ciblées et réalistes, en adéquation avec les capacités d’investissement actuelles de l’Etat. Les principaux champs d’actions de ce document sont la fluidité et la sécurité. Mesure phare qui concrétise l’importance de ces deux axes: la création d’une centrale régionale de régulation du trafic, regroupant tous les différents acteurs du trafic pour assurer une gestion en temps réel de la circulation.

Les conseillers d’Etat Luc Barthassat, chargé du département de l’environnement, des transports et de l’agriculture (DETA), et Pierre Maudet, département de la sécurité et de l’économie (DSE), ont annoncé aujourd’hui en conférence de presse avoir déposé ensemble un projet de loi ouvrant un crédit d’investissement de quelque 50 millions de francs afin de pouvoir réaliser les mesures d’exploitation proposées par le Plan d’actions du réseau routier 2015-2018 (PARR).

Chacune de ces mesures est détaillée dans une fiche complète, présentant pour chaque projet son calendrier, son financement, les partenaires impliqués, etc. « Plutôt qu’un inventaire à la Prévert comme le furent certains précédents plans directeurs, nous proposons ici des actions concrètes et ciblées, réalisables pour la période concernées », a souligné M. Luc Barthassat. La stratégie consiste, d’une part, à développer le réseau à proprement parler et, d’autre part, à mettre en place une exploitation de celui-ci centralisée et capable d’intervenir en temps réel. Pour ce faire, il faudra renouveler pas moins de 175 carrefours à feux aujourd’hui obsolètes et interfacer les centres de contrôles actuels de la police CASTOR (autoroute) et de la direction générale des transports (feux), tout en assurant une coordination renforcée avec le Service d’incendie et de secours (interventions d’urgence) et les Transports publics genevois. Cela permettra une meilleure planification de la mobilité et une gestion plus efficiente des incidents en temps réel sur le réseau routier de l’ensemble du canton. Ce seul projet représente quelque 14 millions de francs. A terme, les différents services en charge de la mobilité et de la sécurité disposeront d’une véritable tour de contrôle.

Pour M. Pierre Maudet, « la sécurité routière sous-tend chaque action du PARR et s’inscrit en plein dans la volonté politique exprimée à travers la nouvelle loi sur la police avec la création d’un service dédié. » Pour atteindre les objectifs tant en termes de réactivité que de réduction des risques, des moyens supplémentaires, humains et opérationnels, seront alloués à la police routière.

Le Plan d’actions du réseau routier 2015-2018 est disponible en téléchargement sur
www.ge.ch/transports/publications

img21025.jpg