Selon un sondage réalisé par la Radio suisse romande, l’intérêt des jeunes romands pour la politique est en hausse. Ceux qui se déclarent apolitiques sont 18%, alors qu’ils étaient 37% dans une étude similaire menée en 1996. Si l’intérêt des jeunes pour la politique est en augmentation, on ne peut pas en dire autant au sujet de l’appartenance à un parti. Pour les jeunes romands, la préoccupation principale est la formation. En son temps, en 1996, c’était le chômage qui dominait les débats chez les jeunes. En outre, la question liée à l’union européenne n’est plus prioritaire en 2007.

img5982.jpg

Les jeunes et la politique: un rapprochement est constaté